« Je ne suis pas dans l’illégalité », clame Azam Rajubali, habitant de La Butte, qui fait la Une de l’actualité de par sa résistance, alors que les autorités lui demandent de quitter sa maison, laquelle se trouve sur le tracé du Metro Express. Alors que le gouvernement met en avant que l’habitant est dans une situation d’illégalité — sa maison ayant été construite sur un terrain de l’État et sa famille possédant des biens fonciers et n’est donc pas dans une condition modeste —, le principal concerné s’insurge lui contre tous ces détails de sa « vie privée » étalés dans la presse.
Selon Azam Rajubali, son bail expire en 2023. « J’ai tous mes papiers. L’entreprise que j’ai créée pour mes enfants est tout à fait en règle ». Me Krishna Sawoo, avocat de l’Ong Debout Citoyen, qui a déposé une mise en demeure contre le Metro Express, soutient que « M. Rajubali a été régularisé ». Tandis que les habitants de Cité Barkly et de La Butte sont très médiatisés, le problème des 29 squatters sommés de quitter leurs maisonnettes à Mgr Leen demeure entier.
« Je ne suis pas dans l’illégalité. J’ai tous mes papiers pour le prouver. Mon bail expire en 2023 et non en 2013 comme on veut le faire croire. La Cour tranchera ! », dit-il. Il dément par ailleurs avoir reçu une compensation du gouvernement. « Il y a un autre habitant plus bas qui s’appelle aussi Rajubali et qui a eu son argent. Il ne s’agit pas de moi ». Il y a aussi, selon lui, cette autre information selon laquelle « le ministre Nando Bodha m’aurait rencontré ce week-end pour convenir d’une somme de Rs 4.9M et que je vais retirer l’injonction. C’est complètement faux ». S’agissant de l’entreprise qu’il a mise sur pied pour ses enfants, Azam Rajubali soutient : « L’entreprise n’est pas illégale. Elle est enregistrée auprès de la MRA, j’effectue le return. Une personne n’a-t-elle pas le droit hypothéquer un bien pour contracter un prêt ? ».
Me Krishna Sawoo s’inscrit en faux au dévoilement de ces détails « est un mauvais procès à l’encontre de M. Rajubali. On ne ternit pas l’image d’une personne ainsi. On ne balance pas la vie privée d’une personne dans les journaux. Il n’a pas volé ». Selon l’avocat, l’habitant de La Butte est allé au ministère « où on lui a fait des propositions comme le veut la loi quand l’État approprie un terrain pour l’intérêt général. Le gouvernement lui a proposé un terrain de Rs 1,8M. On lui a aussi proposé un terrain à Saint Pierre qu’il a refusé. On pourra dire ce qu’on veut mais c’est une famille avec une particularité bien précise. M. Rajubali a une soeur handicapée qui a ses habitudes à Port-Louis. La famille a une entreprise sur place. M. Rajubali a expliqué qu’il y a une maison dans le voisinage qui lui conviendrait et qui vaut selon lui un peu plus de Rs 4 M. La maison est en béton gris. Il faut savoir que selon la loi, quand on propose un relogement, il faut que la famille accepte. M. Rajubali a demandé au ministère d’aller voir cette maison mais depuis il n’y a pas eu de négociations. Certains habitants dans le voisinage dont seulement la moitié de la maison doit être rasée ont eu Rs 2M ».