Ils opèrent dans les rues de Port-Louis depuis une trentaine d’années. Les marchands ambulants souhaitent être régularisés afin de participer à l’activité économique du pays. C’est une requête que la Street Vendors Association, regroupant quelque 1300 marchands ambulants de la capitale, a faite depuis plusieurs années lors de nombreuses consultations aux différents gouvernements.
De 2000 à 2005, la Street Vendors Association (SVA) de Port-Louis a été partie prenante du projet Hawkers Palace, sous le régime MMM-MSM. Se disant victimisés, les marchands ambulants, représentés par Hyder Raman, déclarent avoir reçu un «premier coup de massue» lors du changement de gouvernement, quand le projet a été abandonné par l’Alliance sociale.
Il ajoute que le suspense règne parmi ses collègues qui craignent qu’après les élections municipales leur situation n’empire. En effet, les marchands ambulants se souviennent encore des difficultés qu’ils ont rencontrées en 2000 à cause d’un désaccord entre l’administration régionale gérée par le MMM pendant que le PTr était à la tête du gouvernement central.
 Les représentants des marchands ambulants ont eu des sessions de travail avec le ministre des Administrations régionales, Anwar Husnoo, entre février et mars 2015, et des site visits ont eu lieu, selon Hyder Raman. Ce dernier, accompagné de quelques membres de l’association et de la Hawkers Voice Association, a eu une rencontre mardi dernier avec Pravind Jugnauth, ministre de la Technologie. C’était l’occasion pour eux de faire un état des lieux, d’exposer leurs problèmes et faire part de leurs requêtes.
À l’issue de cette rencontre Pravind Jugnauth leur a promis la mise sur pied d’un comité interministériel pour discuter du plan de relogement. «Il nous a promis qu’il sera épaulé par Nando Bodha et Anwar Husnoo». Et d’ajouter : «Il y avait une rumeur selon laquelle tous les marchands ambulants seraient placés sous un seul et même toit. Je les rassure qu’il y a bel et bien un plan de relogement à la gare du Nord et la gare Victoria. Je lance un appel aux marchands ambulants : nous devons continuer à collaborer pleinement avec les autorités.»