Pour commencer, dissipons tous les malentendus : De son nom scientifique Diodon Hysterix, la “boul tang” est un poisson des eaux salées du lagon qui gonfle au toucher. S’il n’est pas nettoyé avec précaution, il conservera sa toxicité. Les espèces du genre Diodon sont souvent appelées « Poissons-hérissons », « poissons porc-épic », ou encore « hérisson des mers ».
Danielle Gamelle, 51 ans, une habitante de Caroline (Bel-Aire-Rivière-Sèche) ouvre les portes de sa cuisine à Sunlights. Pour l’occasion, elle revêt son tablier pour concocter une authentique “toufé boul tang” délicatement parfumé avec des épices écrasées sur sa roche carri et extrêmement pimentée. De quoi goûter à un plat typique des pêcheurs de carrière!
Cette femme au foyer est mère de trois enfants dont le benjamin Cédric, 12 ans, connaît subtilement toutes les recettes liées à la mer pour y avoir vécu toute son enfance durant. Elle s’est aussi imprégnée des connaissances de son défunt père Lindsay, un piqueur d’ourite. Elle a goûté à toutes les délices qui foisonnent dans les eaux de Grande-Rivière-Sud-Est, dit-elle. Danielle aime aussi varier merveilleusement bien sa cuisine pour proposer d’autres mets à ses parents et amis aux premiers rangs desquels figurent le briani et le khalia de poulet. Et grâce à la mère dévouée qu’elle est, ses enfants dont Cindia, institutrice de formation et Cédric, ont toujours le delicieux souvenir des poudding de pain, tekwa, gato zingeli, crêpe, gato piman et gato banane qui les régalaient après les heures de classe et les régalent toujours.