Les planteurs de la Tea Cooperative Societies de la Chartreuse Tea Manufacturing Company Ltd ont accueilli Sunil Bholah, ministre des Affaires, hier à La Flora, Nouvelle-France. Ils ont tenu à exprimer leur satisfaction, car c’est la première fois qu’un ministre fait un état des lieux pour venir écouter les doléances des planteurs.
Sunil Bholah explique que « la tasse de thé est un must chaque matin, dans la journée et le soir. Nous avons notre teatime tradition ». Il se dit fier que le thé mauricien ait trouvé preneur en Afrique du Sud et en Chine et exprime sa confiance concernant l’avenir de cette industrie. « Mon ministère mettra tout en oeuvre pour apporter le soutien nécessaire aux coopératives. L’industrie du thé n’est pas morte, elle a encore tout son potentiel et un grand avenir devant elle. »
Lors de la visite dans les plantations de thé de la famille Bokhoree à La Chartreuse Nouvelle-France, Sunil Bholah a constaté un sentiment de « feel at home ». « C’est intéressant de voir qu’après le sucre, l’industrie du thé prend aussi de l’ampleur. À Maurice, on a trois usines qui ont relevé le défi de faire de l’industrie théière une réussite. La culture du thé est un long procédé et nous sommes confiants que ce marché sera porteur. »
Asvin Bokhoree, manager de La Chartreuse, relate qu’un champ de thé peut prendre une soixantaine d’années pour se renouveler. « Notre thé est très prisé. Récemment, un investisseur chinois m’a approché, il voulait absolument acheter du thé et m’a même demandé de tout vendre. Il est clair que le thé mauricien a un potentiel énorme. » La Chartreuse Tea Manufacturing Ltd a démarré ses opérations en janvier 2010 avec 75 employés. Elle en compte actuellement 1 500.