J’ai 17 ans et, très souvent, je me mets en colère pour diverses raisons. C’est une vraie énigme pour moi, je suis totalement perdu. Je voudrais comprendre ce qui me pousse à me mettre en colère si souvent.
 
Réponse
Une définition d’une émotion serait un bon prélude à des explications sur le thème de la colère. Une émotion est une réaction immédiate et de courte durée face à un événement. Cette réaction se ressent sur le plan physiologique aussi bien que sur le plan psychologique et apporte un certain changement de notre humeur et de notre comportement. Il y a six émotions primaires ou émotions de base : la joie, la peur, la colère, le dégoût, la tristesse et la surprise. Ces émotions sont la base du développement des autres émotions, les émotions dites secondaires, et se développent au cours de nos interactions.
On note déjà que la colère est une émotion primaire. Cette agressivité, que l’on qualifie de saine, est considérée comme une donnée utile pour vivre car elle permet de se faire respecter. Démontrer l’agressivité à une dose normale, c’est avoir conscience de soi et défendre son intégrité, tout comme son territoire. La colère est également une pulsion vitale. Par exemple, un bébé réclamera à manger ou à boire en poussant des cris de colère qui réveilleront ses parents à n’importe quel moment durant la nuit. Ce faisant, il exprime un besoin vital.
Il y a 4 types de colère
1. La colère étouffée/disparue : cela arrive aux personnes qui sont incapables de se mettre en colère et par ricochet ne savent pas se défendre;
2. La colère défléchie : c’est une colère déviée sur autre chose que la vraie raison. Par exemple, un homme qui est en colère contre sa femme, s’en prend plutôt à ses enfants;
3. La colère rétro/réfléchie : au lieu d’exprimer sa colère, la personne l’encaisse et la retourne contre elle-même;
4. La colère hypertrophiée : une colère disproportionnée à la raison qui l’a provoquée. Une colère toujours trop forte et dans l’excès. Ce qui peut pousser la personne à des actes de violence.
Peut-on apprendre de nos colères ? 
Bien sûr, nos colères comme toutes nos autres émotions nous parlent constamment et c’est pourquoi il faut apprendre à les écouter et ensuite les décrypter. Comprendre le pourquoi et le comment, la raison et comment elle se manifeste. Alors quand vous vous mettez en colère, il faut essayer de se concentrer sur sa respiration et se poser ces 3 questions :
1. Quels sont les faits ?
2. Quelles sont mes pensées à propos de ces faits ?
3. Que puis-je faire d’utile ?
Évidemment, c’est difficile parce qu’il faut du temps pour s’adapter. Peut-être même qu’au début, cela ne marchera pas. Mais après un temps, la durée et l’intensité de vos colères diminueront ensuite leurs fréquences.
L’autre piste, c’est de repérer les signes annonciateurs de sa colère et trouver des moyens pour la défléchir vers une cible, un geste ou une action qui sont socialement acceptables.