Le projet Maurice Île Durable sera présenté à la Conférence internationale Rio +20 qui se tiendra à Rio de Janeiro, au Brésil, du 20 au 22 juin, pour montrer au monde les mesures qu’a prises la République de Maurice pour promouvoir le développement durable. C’est ce qu’a annoncé hier le ministre Deva Virahsawmy au Domaine Les Pailles à l’ouverture d’un atelier technique sur la gestion des déchets dangereux.
« La Conférence internationale Rio +20 (voir encadré) qui se tiendra à Rio de Janeiro, au Brésil, du 20 au 22 juin, sera une occasion pour la République de Maurice de présenter à la communauté internationale le projet Maurice Île Durable (MID), comme un projet à multiples facettes et comme une approche holistique pour promouvoir le développement économique, environnemental et social basé sur les 5 “E”, c’est-à-dire l’Énergie, l’Environnement, l’Éducation, l’Emploi et l’Équité », a annoncé le ministre de l’Environnement et du Développement durable (MoE & SD), en présence du ministre des Administrations régionales et des îles, Hervé Aimée, du Lord Maire, le Dr Mahmad Kodabaccus, du Permanent Secretary au ministère des Administrations régionales et des îles, Henri Jeanne, des autres maires et Chief Executives, entre autres.
Deva Virahsawmy a rappelé que le concept MID a été lancé en 2008 par le Premier ministre, Navin Ramgoolam, comme une vision à long terme du développement économique, environnemental et social intégrée de Maurice. « Dans notre élan de faire de Maurice un modèle de développement durable, surtout pour les Petits États insulaires en développement (« Small Island Developing States — SIDS »), nous sommes sur le point de finaliser une Politique nationale et une Stratégie nationale de 10 ans, qui seront accompagnées d’un Plan d’action de trois ans », a-t-il poursuivi.
Le ministre Virahsawmy a aussi rappelé qu’il existe parallèlement un MID Fund qui finance, entre autres, les plans de préservation des ressources naturelles, comme les chauffe-eau solaires pour les ménages et les panneaux photovoltaïques pour les bâtiments du Gouvernement et les collèges privés. « Dans la même veine, la promotion de la Consommation et de la production durable (« Sustainable Consumption and Production – SCP ») est l’une des priorités du projet MID, incluant l’utilisation efficiente des ressources, la production propre, les pratiques durables des services publics ainsi que l’utilisation de produits écologiques », a-t-il ajouté.
Deva Virahsawmy a plaidé pour la collaboration de tout un chacun pour traduire le concept MID dans la réalité.
S’agissant de la gestion des déchets dangereux, le ministre a annoncé une révision des Environment Protection (Standards for Hazardous Wastes) Regulations 2001, afin que ces règlements soient en phase avec la Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontaliers de déchets dangereux et de leur élimination, dont Maurice est signataire. C’est un traité international, conçu afin de réduire la circulation des déchets dangereux entre les pays.
Le ministre Hervé Aimée a révélé pour sa part qu’il existe actuellement environ 50 tonnes de produits chimiques dangereux qui ont accumulé sur plus d’une décennie et que les autorités voudraient exporter d’ici la fin de cette année. Il a évoqué une étude faite sur ces déchets dangereux par l’Africa Institute for the Sound Management of other Hazardous Wastes.