En marge des 50 ans de la Constitution de Maurice, une conférence de trois jours se tiendra à partir du 14 mars à l’auditorium Octave Wiehe, à Réduit. Cette initiative de l’Université de Maurice (UoM), avec le concours d’autres universités étrangères, verra aussi la participation de sommités du monde judiciaire issues d’Allemagne et de France.

La présentation du calendrier d’activités a été organisée mercredi après-midi au restaurant Beer and Spice au Port-Louis Waterfront. « Cette conférence mettra l’accent sur les 50 ans de notre Constitution que nous avons héritée des Anglais », explique Rajen Narsinghen, responsable du département de droit à l’UoM. Selon lui, il est temps de revoir cette Constitution, qui contient « des mécanismes intéressants » mais aussi des « failles » car des critiques sont souvent émises à son égard. « Il est temps de revoir notre Constitution après 50 ans », ajoute-t-il. Rajen Narsinghen avance que les universitaires de l’UoM l’ont aussi revue en profondeur. « Il est temps d’avoir un regard critique sur ce document, et ce, tout en préservant les principes essentiels. Il faut dans un consensus apporter des réformes », dit-il.

Si les Mauriciens doivent réfléchir sur leur Constitution, Rajen Narsinghen estime également qu’une expertise étrangère est importante. En ce sens, des experts de France et d’Allemagne seront à Maurice pour animer différentes sessions de discussions. Outre les deux juges de France et d’Allemagne, la chef juge des Seychelles, le président du Conseil constitutionnel de Madagascar et des experts mauriciens sont aussi attendus. L’événement est qualifié d’« apolitique ». Le public et les Ong sont invités durant ces trois jours de conférence.