Décidément l’écurie Foo Kune est insatiable. Même assurée de son premier titre de champion, elle ne laisse que des miettes à ses adversaires. Samedi dernier, elle a consolidé davantage son fauteuil de leader grâce à Yoda Man, Ryder Cup et Diamond Light. Ce dernier a remporté sa 12e victoire au Champ de Mars et ce, temps record. Avec Casey’s War, il fait partie des rares chevaux qui ont réussi un tel exploit à Maurice. Ce triplé a permis à la casaque jaune et étoiles mauves de se rapprocher de la barre des Rs 15M, au grand dam de ses poursuivants qui, visiblement, éprouvent du mal à suivre le rythme.
De cette 39e journée, on retiendra aussi le cinq à la suite de Nordic Warrior, la troisième d’affilée d’Emerald Approach, les débuts victorieux de King’s Soldier de l’entraînement Mahess Ramdin et la surprenante victoire d’Arromonches dans l’épreuve d’ouverture.
Chez les jockeys, Johnny Geroudis est revenu à hauteur de Cédric Segeon avec 36 victoires chacun tandis que chez les Mauriciens, Rye Joorawon compte deux victoires de plus que Jeanot Bardottier.
Si on accordait de meilleures chances à Man To Man voire au duo de l’écurie Gujadhur, Vettel et Bulsara, c’est Diamond Light qui causa la surprise dans l’ultime manche du championnat des stayers en s’octroyant une 12e victoire en temps record.
Ice Axe eut la meilleure mise en action, mais sous les cris de Davy Bonilla qui voulait garder sa ligne, il laissa partir Vettel. Man To Man se plaça en dehors du porte-drapeau de l’écurie Allet, arrivait ensuite Diamond Light que Rye Joorawon avait brillamment réussi à placer sur les barres, à son extérieur Skippyjon Jones, Silver Dice, à trois longueurs on retrouvait Bulsara tandis qu’encore plus distancé évoluait Rudi Rocks qui avait lamentablement raté son départ.
Vettel lança la course sur de bonnes bases, ce qui n’empêcha pas Cédric Ségeon d’améliorer la position de Skippyjon Jones dans la première courbe menant au passage devant les tribunes pour la première fois. S’il parvint à ses fins, en revanche on nota que Davy Bonilla, pour une raison inconnue, ne se rabattit pas à la corde, laissant tout le loirsir à Ice Axe de s’y faufiler. Luke Currie ne se fit pas prier pour prendre les choses en main peu après le passage du but avec la doublure de l’écurie Gujadhur sur son arrière-main. À l’arrière, si Bulsara put recoller au peloton, tel ne fut pas le cas pour Rudi Rocks qui évoluait toujours dans la poussière. Entre-temps, Skippyjon Jones avait réussi à trouver les barres en troisième position.
Le rythme devait monter d’un cran dans la ligne d’en face lorsque Vettel revint à la charge. Si, dans un premier temps, Ice Axe ne se laissa pas faire, Bonilla fila les rênes à sa monture qui prit les choses en main au 800m. Le rythme devait aller crescendo et à l’exception de Diamond Light qui était toujours en main, tous les autres concurrents furent sous pression.
Sous la cravache de Ségeon, Skippyjon Jones fut le premier à se mettre à la poursuite du meneur. Bien inspiré, Rye Joorawon prit sa roue, forçant dans le même souffle Man To Man en épaisseur. Ce dernier ne répondit pas aux sollicitations de jockey lorsqu’il fut mis sous pression au 400m. On apprendra plus tard qu’il souffrait d’une boiterie.
Vettel aborda la dernière ligne droite en vainqueur mais ne donna aucun signe de pouvoir prolonger son effort. Il fut repris par Skippyjon Jones à mi-ligne droite mais le représentant de l’écurie Merven n’eut point de répondant face à l’accélération de Diamond Light en pleine piste. La coursier de l’écurie Foo Kune rallia le but avec une certaine assurance, arrêtant le chrono à 2.14.59, ce qui constitue la meilleure marque pour les 2200m. Skippyjon Jones fut relégué à une longueur mais ne démérita pas à ce niveau tandis que Bulsara conclut en force pour ravir le deuxième accessit à Vettel. Quant à Masn To Man, il termina sa course au petit trot.