C’est ce samedi que se disputera la dernière manche du championnat des stayers, La Coupe des Présidents, aussi connue comme la revanche du Maiden. À l’aube de cette ultime confrontation, c’est Man To Man qui occupe le fauteuil de leader avec 14 points mais le vainqueur du Maiden est talonné par Bulsara avec 10 points alors que Love Struck, qui est mathématiquement toujours dans le coup, ne sera pas de la partie. Sur le papier, la victoire devrait se jouer donc entre Man To Man et Bulsara mais l’émergence d’un troisième larron n’est pas à écarter. Celui-ci pourrait être Vettel.
À voir les positions des uns et des autres dans les boîtes de départ, on devrait avoir une même physionomie de course que dans le Maiden. Vettel, nanti de son premier couloir, on devrait le  voir aux avant-postes. Pur stayer, la doublure de l’écurie Gujadhur, si elle n’agit pas comme cheval de jeu, a tout intérêt à mettre à l’épreuve la tenue des uns et des autres, pour mettre toutes les chances de son côté. Autrement dit, cela ne sera pas à son avantage s’il part à une allure modérée comme ce fut le cas le 7 septembre dernier. Vu qu’il a été confié à Davy Bonilla, qui a montré ses aptitudes dans la course à l’avant la semaine dernière sur Argo, c’est une solide indication que l’écurie Gujadhur entretient un silent hope avec Vettel. Seul frontrunner de la course, il ne surprendrait guère si on ne le voit qu’après le but.

Man To Man n’a pas démérité dans la Coupe d’Or en terminant à moins d’une longueur de Love Struck. Pour rappel, il s’était élancé maladroitement ce jour-là et s’est vu contraint de courir plus en retrait que prévu. La distance du jour devrait mieux lui convenir. Man To Man retrouve pratiquement les mêmes conditions que dans le Maiden avec une ligne extérieure comme difficulté à surmonter. On se souvient qu’il l’avait fait avec brio ce jour-là. On pense qu’il a les moyens de le refaire. Maniable et facile au train, Man To Man sera un os dur à croquer s’il parvient à avoir un parcours aussi limpide que dans le Ruban Bleu. À noter que ce n’est que jeudi, à l’occasion de son spurt, que Jeanot Bardottier l’a monté pour la première fois.
Idéalement placé dans le dos de ces deux chevaux, on devrait retrouver Bulsara. Le porte-drapeau de l’écurie Gujadhur a été une grosse déception dans la Coupe d’Or alors qu’on s’attendait qu’il prenne une part active à l’arrivée. Est-ce le fait de l’avoir muni d’oèillères qui a joué contre lui, lui qui a toujours couru avec les side winkers et une noseband chez nous? La question reste posée. Il demeure que ce samedi, il ne portera pas de blinkers. À la base plutôt un miler qu’un stayer, Bulsara misera sur une course courue à une allure modérée pour garder ses chances intactes. Puissant finisseur, il devrait animer la ligne droite finale si tel est le cas.
Skippyjon Jones n’a cessé de monter en puissance depuis ses débuts chez nous. Très estimé par son entourage qui le voit déjà au départ du prochain Ruban Bleu, ce hongre bai brun reste un spécialiste des courses de fond (3 victoires sur 2050m). Il devrait se sentir pousser des ailes sur le parcours du jour. Avantagé au handicap, Skippyjon Jones aura toutefois contre lui de partir de l’extérieur. Ce qui devrait le contraindre à évoluer plus en retrait que souhaité. Même s’il affronte une plus forte opposition, d’aucuns s’accordent à dire qu’on ne connaît pas les limites de l’élève de Patrick Merven. Au finish, il peut faire jouer la différence au handicap pour faire pencher la balance en sa faveur. Il reste le dark horse de la course.
Diamond Light n’a pas été ridicule pour son retour à la compétition après deux mois de repos. Cette course lui a fait un bien énorme car il a paru dans de meilleures dispositions depuis. Toujours est-il qu’il n’a pas encore fait ses preuves en cette compagnie. Confié à Rye Joorawon, une place est plus dans ses cordes.
Rudi Rocks commence à trouver la concurrence rude à ce niveau. Avec seul le poids de son jockey comme point positif, on le voit capable de se battre pour un accessit. Quant à Silver Dice, vainqueur de l’édition de l’an dernier, sa tâche s’annonce ardue, lui qui n’a pas été épargné par les ennuis de santé cette saison.