C’est un Noël Callow bien inspiré que les turfistes ont vu à l’oeuvre dans l’épreuve phare de la quatrième journée samedi dernier. Alors que sa monte scandaleuse une semaine plus tôt sur Kentucky Bluegrass a laissé un gout d’inachevé, l’Australien s’est bien repris en usant de toute sa science pour faire triompher Reim, doublure de l’entraînement Gujadhur. Cet établissement conserve donc la Coupe du Cent Cinquantenaire pour la deuxième année consécutive après l’avoir remportée la saison dernière avec Bulsara. Cette journée a été dans l’ensemble équilibrée avec quatre écuries se partageant les épreuves restantes. On retiendra les premières de Raj Ramdin et Mark Neisius avec l’outsider Tembot et de Derreck David avec le bien coté Cherish The Charm. Quant à Narang et Maingard, ils ont mis chacun à leur actif un doublé par l’entremise de Mc Naught et Cash Lord pour le premier nommé et Roventas et Al Mahara pour le deuxième. Chez les jockeys, Rye Joorawon, avec neuf victoires, compte désormais cinq longueurs d’avance sur Kevin Ghunowa qui renoue avec la compétition ce samedi.
Pas ridicule à sa reprise lors de la journée inaugurale sous la selle de Yashin Emamdee, Reim avait une belle carte à jouer, surtout que son entourage avait décidé de le confier à Noël Callow qui le connait bien pour l’avoir déjà piloté en fin de saison dernière. Le seul doute qui entourait sa candidature était sa ligne quelconque, obstacle qu’il surmonta admirablement grâce à la bonne inspiration de son jockey.
Dans le camp Rousset, on avait prévu que Rear Admiral soit aux avant-postes mais le gris se fit surprendre à l’ouverture des boîtes par Tandragee qui telle une flèche, prenait la direction des opérations avant de se laisser déborder par Everest et Reim. Usant de son expérience, Callow piéga le jeune David en lui faisant croire qu’il voulait à tout prix la position tête et corde. Or, en ce faisant, il fit travailler Everest en pleine montée avant de placer Reim sur l’arrière-main du gris. À distance respectable on retrouvait Tandragee qui précédait Rear Admiral, Azapel, Diamond Light, Desert Sheik et Ashanti Gold.
Everest imposa un rythme relativement modéré à l’épreuve, ce qui permit à Reim de rester au contact. Sachant les caractéristiques de sa monture, Joorawon se montra patient sur Desert Sheik avant de passer franchement à l’offensive peu après le passage de la route. Azapel et Ashanti Gold ne firent aucune impression alors que Rear Admiral et Tandragee étaient toujours en embuscade.
Everest aborda la dernière ligne droite en vainqueur mais avait déjà Reim à ses trousses. Connaissant parfaitement le cheval, Callow attendit qu’il se rééquilibrât pour lui demander son effort. Complètement à l’extérieur, Desert Sheik était toutes voiles dehors sous la cravache de Joorawon à tel point qu’a mi-ligne droite, on voyait l’élève de Ricky Maingard capable de refaire tout son retard. Mais c’était sans compter avec Callow qui demanda un utile effort à Reim qui trouva les ressources nécessaires pour contrer la fulgurante attaque de l’alezan. Everest, conserva le deuxième accessit devant son compagnon d’écurie Rear Admiral qui sera plus percutant dans un lot moins relevé.
Reim boucla les 1500m en 1.32.31 et selon son entraîneur, il est appelé à gravir les échelons à Maurice maintenant qu’il s’est adapté aux rouages du Champ de Mars.