Mitranand Nurjandhoa, vice-président de la Mauritius Red Cross Society, ainsi que six autres membres de la direction, ont logé hier une motion devant le juge en chambre contre Ormeela Jawaheer qui, depuis 2010, agit comme présidente. L’affaire a été appelée devant le juge Prithiviraj Fekna.
Dans cette démarche, les plaignants réclamaient un ordre intérimaire afin d’empêcher Ormeela Jawaheer d’agir comme présidente et de s’ingérer dans les affaires de la société, en attendant que se tiennent de nouvelles élections pour renouveler la composition du conseil de direction. En même temps, les plaignants demandaient qu’ils soient autorisés à constituer un caretaker management committee et qu’Ormeela Jawaheer remette toutes les propriétés de la Société.
Le juge Fekna n’a pas émis l’ordre demandé. Il a renvoyé l’affaire au 22 octobre pour permettre aux deux parties de présenter leurs arguments. En attendant, comme la partie défenderesse l’a fait comprendre hier matin, Ormeela Jawaheer s’est engagée à s’occuper des affaires courantes de la société, en attendant que le juge statue sur la motion de la partie plaignante.
Hormis Mitranand Nurjandhoa, les plaignants sont Vishal Sunny Dhawotal, Affrose Bibi Sattar, Jean Pascal Volbert, Salim Mohamad Jauforally, Ranveer Deenoo et Avinash Shabajee. Ils occupent diverses fonctions au sein de la société. Les co-défendeurs sont : la Mauritius Red Cross Society, le ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie, Rubna Daureeawoo-Daood, conseil légal et membre du conseil de direction de la société, Khuleel Daureeawoo, médecin de la société qui siège au sein du conseil de direction et Komal Sreekeessoon membre de la société qui a été injustement licencié, selon la plainte. Dans celle-ci, qui a été rédigée par Me Kaviraj Bokhoree, les plaignants rappellent que la société a été créée par un acte du parlement, la Mauritius Red Cross Society Act de 1973. Dix ans plus tard, ses règlements ont été établis.