La DBM s’est jointe au groupe de sponsors qui parrainent l’organisation des Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI), qui démarrent dans 10 jours, a annoncé cette semaine le CEO de la banque, Lobin Unmole. Déjà, la DBM a procédé à une distribution de t-shirts aux couleurs des Jeux, histoire de contribuer à l’ambiance entourant ces derniers.
Selon Lobin Unmole, la DBM, qui était menacée de fermeture il y a peu, se porte bien mieux. « Nous avons réussi à créer la confiance parmi la communauté des entrepreneurs, qui n’hésite pas à faire appel à nous », souligne Lobin Unmole.

La banque s’engagera désormais dans la filière leasing, factoring et mentoring après avoir obtenu la licence pour ces activités de la Financial Services Commission (FSC). Un montant de Rs 400 millions sera consacré à ce secteur. « Nous voulons non seulement apporter une aide financière aux petits entrepreneurs, mais nous comptons également apporter un accompagnement aux entrepreneurs afin qu’ils puissent faire des investissements de manière judicieuse. » La banque s’est aussi engagée dans le secteur des énergies renouvelables avec la création de la compagnie DBM Energy. Son objectif est de produire de l’électricité grâce à l’installation de panneaux solaires sur les bâtiments tombant sous son contrôle.

La DBM gère des propriétés industrielles, notamment à Bell-Village, Plaine-Lauzun et Coromandel, mais aussi dans la zone industrielle de Valentina à Phœnix, à Triolet, à Pailles, à Quatre-Bornes et à Solferino à Vacoas. Selon Lobin Unmole, 93% de ses bâtiments qui étaient anciennement occupés par des entreprises textiles le sont aujourd’hui par des PME. Les biens immobiliers de la DBM enregistrent une croissance de 7% annuellement. Des projets de construction sont actuellement envisagés à Surinam. DBM Energy ambitionne aussi de produire quelque 8MW d’électricité annuellement. L’introduction d’une DBM Card est par ailleurs actuellement à l’étude.

Sur le plan financier, la DBM s’est engagée dans une vaste compagne en vue du recouvrement de la dette estimée à Rs 1,4 milliard en 2018, et dont les intérêts avaient été gelés. Cette dette était due à quelque 3526 prêts douteux. Grâce à cette campagne, 363 clients ont régularisé leurs comptes alors que 533 l’ont fermé. « Le recouvrement de la dette est un travail de longue haleine », fait-on ressortir.

Par ailleurs, le montant des prêts approuvés a connu une hausse sensible entre 2017 et 2018. Il est passé de Rs 44 millions en 2017 à Rs 103,6 millions en 2018 et à Rs 282 millions en 2019. Les déboursements effectués, eux, sont passés de Rs 26,8 M en 2017 à Rs 79,6 M en 2018 et Rs 185,9 M en 2019. S’agissant du plan de financement lancé à l’occasion de la Journée internationale de la femme cette année, quelque 151 clients ont soumis des demandes de prêts pour un montant de Rs 41 millions. Des projets d’une valeur de Rs 8 M ont été approuvés et Rs 6 millions ont été décaissées.