Il est tout à fait consternant, atterrant de voir jusqu’à quel point ce pays est devenu amorphe et ce faisant, complice de toutes les atteintes aux libertés individuelles. Quelques-uns font semblant de protester dans leur salon, mais se plient en fait, dociles-moutons à ces dérives et à la volonté de soumettre le pays.
Le ministre des finances annonce dans le discours du budget de nouvelles caméras à Quatre-Bornes, Rose-Hill et Beau-Bassin, plus loin il annonce également pour bientôt le passeport biométrique qui viendra s’ajouter à la nouvelle carte d’identité nationale contenant des informations personnelles. Pas une réaction ! Les oppositions parlementaires, les organisations citoyennes, les syndicats, les journalistes ; personne ne trouve à redire. Il y a de plus en plus de caméras dans le pays, la CCTV, chez les commerçants, dans les banques, dans les immeubles résidentiels, chez les particuliers qui n’hésitent même pas à filmer la rue, etc. La flicaille est partout. Le ministre a aussi annoncé de nouveaux recrutements pour la police. L’ordre règne ! La police invite le citoyen à la délation, des milices constituées d’habitants de certaines régions surveillent leur quartier et alertent s’il y a intrusions, c’est-à-dire personne étrangère au quartier. Le délit de sale gueule est déjà une pratique. Le citoyen ordinaire est content ! Les pouvoirs publics protègent son écran plasma, son ordinateur, sa bagnole, son flouze, son chien, sa case. Le citoyen lambda ne se rend même pas compte qu’il cède chaque jour du terrain sur ses libertés, qu’il participe par son silence à la consolidation de l’état policier. Tout va bien !
La nouvelle carte d’identité nationale contiendra des informations personnelles sur le titulaire, dont des données d’état civil, des fichiers de santé, de police, donc le casier judiciaire, peut-être des données bancaires, puisqu’elle sera utilisée pour diverses transactions administratives, selon ce que l’on entend. En fait il n’y a jamais eu, à notre connaissance, de déclarations formelles du Ministre de l’Intérieur, qui est aussi le Premier Ministre, sur le contenu exact de cette carte. Quelles garanties de protection de ces données personnelles sont prévues ? Est-ce qu’une nouvelle loi sera présentée pour empêcher qu’une personne, ou une institution non concernée puisse accéder à ces données ? Comment seront compartimentés les différents fichiers pour empêcher qu’un service d’état ou privé puisse accéder à la totalité des données? Est-ce que le détenteur, le citoyen, pourra avoir connaissance des informations contenues dans sa carte ? Il y a une multitude de questions à poser, de précisions à rechercher sur cette carte qui concerne chacun de nous individuellement et collectivement. Personne ne s’en inquiète !
Sous prétexte que cela se fait ailleurs, notamment dans les grandes démocraties exemplaires de la suprématie occidentale, nous devrions donc courber l’échine, regarder nos godasses et ne pas regimber. Au final il ne sera plus, il n’est déjà plus, possible de lever le petit doigt sans que le système de surveillance permanent en soit informé et que l’information ne soit consignée quelque part. Le téléphone portable, pour ne citer qu’un exemple, même éteint, est traçable à tout instant.
Cette carte participe de la volonté maladive du pouvoir politique de savoir, d’être informé sur ce que fait, ce que dit, ce que pense chaque citoyen à chaque minute de chaque jour de sa vie, faute de pouvoir coller un flic au train de chacun. C’est l’élément clé qui permet de verrouiller complètement le pays, d’instaurer une dictature, travestie en démocratie, un état policier déguisé en gouvernement soucieux de protéger les citoyens.
Si presque personne ne conteste, c’est peut-être alors ce que souhaite la majorité. Donc ceux qui sont contre n’ont qu’à fermer leur gueule et se tenir tranquilles ! Il n’y aurait plus rien à dire !? Ben, si pourtant, qu’ils crèvent, dans leurs prisons consenties, ceux qui acceptent ça ! Nous, les Obsédés, les Fanatiques de la Liberté, nous refusons de croupir sous cette abjection ! Quiconque ou tout ce qui, sous le mensonge de la sécurité, de la démocratie, contrôle, surveille, espionne, réglemente, inspecte, note, enregistre, empêche, soumet, interdit, réprime, censure, emprisonne, numérote, catégorise, fiche, classifie, écoute, renseigne, scrute, suit, toise, traque, restreint, en un mot tout ce qui flique est atteinte à la liberté d’être et nous le déclarons notre Ennemi !
En voyant ce qui se passe depuis quelques années, qui s’est encore aggravé depuis les élections régionales et municipales, les affaires, les descentes de police dans les rédactions, les attaques répétées contre la presse, les dérives langagières, l’interpellation manu militari de responsables politiques d’opposition, les atteintes aux droits des travailleurs, des syndicalistes traînés devant la justice, les organisations socioculturelles et autres lobbies sectaires intervenant de plus en plus sur le terrain politique, etc., il est évident et indéniable que la volonté de verrouillage du pays pour le bénéfice d’une bourgeoisie politique et d’un pouvoir autocratique est là ! Devant la Tyrannie qui se lève comme le Soleil du Malheur et le Désir débordant d’une Monarchie Absolutiste, seuls les complices et les lâches peuvent se taire !
Cascadelle, ce 20 novembre 2012
(revu le 12 janvier 2013).