Bureau des Affaires Extérieures de la Foi Baha’ie

Les bahá’ís à Maurice et du monde entier célèbrent en ce moment le « Roi des Festivals », les douze jours les plus sacrés de l’année bahá’íe, précisément du 21 avril au 2 mai. Cette célébration a commencé à l’endroit où la foi bahá’íe a eu ses débuts dans un beau jardin appelé le jardin de Ridvan (prononcé rez-vahn), à Bagdad, Irak.

Ridvan signifie paradis et ce jardin, parfumé à la rose et empli de chants d’oiseaux, a été le témoin de la naissance de la plus récente religion indépendante du monde le 21 avril 1863. Situé sur une île proche de la rivière Tigre près de la ville de Bagdad, le jardin de Ridvan a marqué l’endroit exact, où Baha’u’llah a d’abord déclaré sa mission et inauguré la foi bahá’íe. La déclaration capitale de Baha’u’llah s’est produite pendant la période de douze jours précédant son bannissement à Istanbul, en Turquie (alors appelé Constantinople).

Une décennie plus tôt, en 1853, le gouvernement perse avait exilé Baha’u’llah à Bagdad, craignant la propagation rapide de ses enseignements spirituels et leur impact progressif sur une société fermée et contrainte. En avril 1863, Baha’u’llah fit face à un deuxième exil parce que son influence continuait à se répandre et à menacer le clergé. Un historien baha’i a raconté la situation en ces termes.

Enfin, les ennemis de la cause obtinrent des autorités gouvernementales un ordre bannissant Baha’u’llah de Bagdad. Il a d’abord été décrété qu’il devrait aller seul. Mais plus tard, cela a été changé, permettant à sa famille et à quelques partisans de l’accompagner. La bande d’exilés avant de quitter Bagdad a fait une pause, d’abord, dans un beau jardin en dehors de la ville. Ici, ils ont séjourné pendant douze jours. Une tente était dressée pour Baha’u’llah, et autour d’elle les tentes pour les autres. Ces jours dans le jardin sont appelés « Les jours de Ridvan » et ils sont d’une importance suprême, car c’est alors que Baha’u’llah a déclaré, à quelques disciples, sa grande mission et a commencé à construire le palais de la paix et de l’unité pour le monde. Il a révélé de nombreux vers merveilleux qui chantent les mélodies du Nouveau Jour de Dieu.

Après son bannissement, les exilés ont fait un voyage épuisant et pénible de quatre mois jusqu’à Constantinople, sur les déserts et les montagnes de l’Asie Mineure dans la chaleur de l’été. Au cours de cette période, Baha’u’llah a progressivement proclamé la mission de sa nouvelle Foi – l’unité de l’humanité et la paix entre toutes les nations à un cercle élargi de croyants. Tout au long de son exil, Baha’u’llah a écrit à plusieurs chefs d’États et dirigeants du monde de l’époque, y compris le Shah de Perse et le Pape Pie XIX pour annoncer que l’époque longtemps promise de paix et de fraternité mondiales avait enfin vu le jour. Lui-même, proclamait-il, était le porteur du nouveau message et du pouvoir de Dieu appelés à transformer le régime d’antagonisme et d’inimitié, régnant chez les hommes et créer dans l’esprit et la forme pour l’ordre mondial prédestiné.

Avec cette annonce profonde, Baha’u’llah transforma l’occasion de son bannissement de la crise à la victoire.

Pour les Baha’is, la période de Ridvan démontre le pouvoir du prophète de Dieu de créer le bonheur humain, d’apporter la lumière des ténèbres et de triomphe pour tout le genre humain.