Les choses étaient pourtant bien parties mercredi en fin d’après-midi. Après un tête-à-tête entre le ministre Ritoo et Chief Olakotunbo Thomas et suite à une réunion de trois heures tout laissait croire que finalement la FINA et le MJS était sur le point de trouver un terrain d’entente pour relancer la direction sur une base légale en conformité avec les lois de Maurice et des statuts de la fédération internationale.
C’est ce qu’avait compris les journalistes présents à la conférence improvisée de Chief Olakotunbo Thomas à sa sortie des bureaux de Devanand Ritoo. Mais que s’est-t-il passé durant toute la journée et la soirée de jeudi? Difficile de le dire exactement, mais contre toute attente, le Nigérian Chief Olakotunbo Thomas a aidé vendredi avec la complicité du Comité Olympique Mauricien (COM) à organiser une assemblée générale non conforme avec les lois de Maurice et les statuts même de la FMN et de la FINA. Comble de l’hypocrisie, le délégué de la FINA qui a démontré du dédain face à la proposition du MJS a déclaré après l’assemblée «qu’il implore le ministère des Sports de laisser fonctionner la FMN.» L’arrogance africaine dans sa pure expression…pour ensuite prendre l’avion hier matin sur la pointe des pieds comme un voleur. Sans pour autant prendre la peine d’informer celui avec qui il était venu négocier de sa décision.
Comme nous avons déjà indiqué dans ces même colonnes, la Fédération Internationale de Natation Amateur (FINA) accorde très peu, sinon aucune considération aux lois d’un pays. Sinon comment expliqué que son Chef de département légale a délibérément outre-passé une loi (Sports Act) établie et votée par des Parlementaires élus librement pour permettre à quelques personnes sans scrupule de rester au pouvoir.
Illégale puis…légale
Outre le Sports Act, la démarche du Nigérian va aussi en contradiction avec un règlement ministériel en date de 2004 qui rendait «biding» le fait que les élections au sein de la FMN devait se faire en cinq régions. Comme nous le savons tous les trois représentants de la région du nord élus lors d’une assemblée régionale élective — que la FINA et le COM ont d’abord considérée comme illégale pour ensuite estimée qu’elle etait  légale après l’élection douteuse des deux représentantes du CNP  (Doreen Tiborcz et sa désormais fidèle amie Oy Lyn Chan Chin Wa) dans la région de Quatre-Bornes — n’ont pas fait acte de candidature. Pour des raisons très simple, la convocation de cette assemblée du 20 janvier n’était ni conforme avec le Registrar of Associations Act et aux statuts de la FMN, qu’ils soient de 1985 ou 2008. Du reste on se demande sous quel statut cette assemblée générale a été organisée?
Mais hier après-midi à l’hôtel St-Georges, c’était la réunion de tout est possible, y compris de mettre un membre de la FMN en occurrence Richard Meeterjoye du PLASA hors de la salle maru militari tandis qu’une fois encore le bon Lindsay Haché (membre du CAPL)  l’employé de Doreen Tiborcz comme entraîneur de formation au sein du CNP était bien assis aux côtes de sa patronne. Après son vote, cette fois il est utilisé comme… Returning Officer pour des élections qui n’en fut pas une. En moins d’une heure l’affaire était dite encore une fois sous le ton arrogant du Chief Olakotunbo Thomas.
«Il faut que je le dise que je suis le représentant de la FINA et que je suis là pour veiller que la constitution et les règlements de FINA soient respectés. Comme j’ai déjà dis aucune fédération ne doit permettre l’ingérence externe dans les affaires internes de leur fédération. Cest pour cette raison que les organisations de sport dans le monde demande autant que possible que les fédérations soient indépendentes. J’ai été mandaté à Maurice pour que la FMN ait un nouveau comité directeur. Mon conseil maintenant c’est que la FMN doit protéger son autonomie. Maintenant que les élections sont faites le gouvernement et la fédération de natation doivent travailler main dans la main  pour que les athlètes ne souffrent pas. J’implore le ministère des Sports  de laisser le fonctionnement à la fédération to improve swimming et j’espère qu’ils écouteront mon appel», a déclaré laconiquement Chief Olakotunbo Thomas après avoir plongé d’avantage dans l’illégalité la FMN.
Cette FMN illégale a pour présidente, l’incontournable Doreen Tiborcz. Après avoir utilisé, puis rejeté certains petits clubs elle a pris pour lieutenant deux gros clubs réprésentés par Kee Sing Poo Cheong (CAMO) et Aline Kong (CNS PL). Anil Nawjee, en raison de sa fidélité, est monté en grade pour devenir secrétaire, tandis que les caisses de la fédération ont été confiées à sa très bonne copine Oy Lynn Chan Chin Wa. Soorendra Seebaluck (plongeur de formation) du Dophins de Quatre-Bornes qui n’a jamais produit un nageur de haut niveau de sa carrière, a été designé comme représentant au sein du comité technique. Alors que Aline Kong, qui probablement à cause de ses hésitations d’avant, se retrouve sans étiquette.
Par contre, on nous a laissé entendre qu’elle pourrait avoir une destinée plus intéressante. Selon certain dire, le président du COM aurait indiqué au cours de la réunion qu’elle sera appelée au sein de l’instance olympique. Toujours est-il que selon une source au sein de ce comité FMN illégale, la démarche pour faire changer de position le MJS, c’est d’opter pour une équation à la MFA. C’est-à-dire Doreen Tiborcz présidente sur le plan internationale et un membre pas encore désigné pour «deal» avec le MJS.  Déjà on a indiqué à Week-End «qu’on a demandé à Doreen Tiborcz de fermer sa bouche».
Mais reste un fait indéniable qu’officiellement il n’existe pas de fédération de natation.
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Heather Arseth, Olivia de Maroussem et Mathieu Marquet
Les premières victimes de la FMN illégale?

Il ne fait aucun doute que la raison, à court terme, de la bande à Doreen Tiborcz de tout faire pour ne pas respecter les lois du pays pour la mise en place d’une nouvelle équipe dirigeante à la Fédération mauricienne de Natation (FMN) est bien la tenue des Jeux Olympiques de Londres. Eu égard du soutien qu’elle a obtenu de la FINA et du COM dans cette affaire, il va  sans dire que Doreen Tiborcz peut déjà commencer à faire ses valises pour Londres. Par contre, on ne sait pour  l’heure qui l’accompagnera lors de ce fabuleux voyage. Il est certain qu’il y aura deux nageurs qui sont sur la liste, comme ce fut le cas pour Beijing. Mais qui exactement ? La réponse à cette question aurait du être simple comme le bonjour puisque les choix pour les filles devait être se faire entre Heather Arseth et Olivia de Maroussem alors que Mathieu Marquet devait automatiquement être retenu en masculin. Puisque ce sont ces trois nageurs qui sont dans les critères de sélection de la FINA ayant participé en juillet dernier aux Mondiaux de Shanghai.
Or, selon les informations de Week-End, l’affaire n’est pas gagnée d’avance et tout laisse aussi croire que Heather Arseth, Olivia de Maroussem et Mathieu Marquet pourraient être les premières victimes de la bande à  Tiborcz. Car ce n’est un secret pour personne que cette dernière a pour intention de donner les places pour les JO de Londres à Darren Chan Chin Wah et Elodie Poo Cheong, qui sont respectivement des nageurs du CNP (club de  Tiborcz) et du CAMO. Il s’avère que dans sa quête pour reconquérir la FMN, Tiborcz a obtenu le soutien indéfectible des parents de ces deux nageurs à savoir Oy Lynn Chan Chin Wah (mère de Darren) et Kee Sing Poo Cheong (père d’Elodie).  Mieux, les deux sont membres de la nouvelle FMN illégale et occupent des postes de choix à savoir ceux de trésorier et de vice-présidence.
Attendons voir…
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Chief Olatokunbo Thomas L’inélégance du représentant de la FINA
Comme on le dit dans notre langue créole «manier pa aste dan bazar» et visiblement c’est aussi le cas de dire pour les marchés de Lagos ou Abuja au Nigeria. Le représentant de la FINA, Chief Olatokunbo Thomas ne joue pas dans la diplomatie comme nous en avons été témoin avec son collègue de la FINA, Sam Ramsamy ou encore l’envoyé de la CIO-ACNOA, Mustapha Berraf, venus à Maurice pour régler des situations conflictuelles. Le président de la commission légale de la FINA a fait preuve d’une belle inélégance vis-à-vis  d’un représentant de la République de Maurice, à savoir le ministre Devanand Ritoo. Lors que deux hommes se sont séparés mercredi vers 17h45, après un aparté de 20  minutes, au ministère de la Jeunesse et des Sports, il était convenu qu’une deuxième rencontre allait avoir lieu après que Chief Olatokunbo Thomas aurait pris connaissance par écrit de la proposition du MJS.
C’est tard dans l’après-midi de jeudi que le MJS a réussi à faire parvenir par courrier électronique sa proposition qui se résume dans la mise en place d’un caretaker committee.   Puis les deux hommes se sont parlés au téléphone et il était convenu que Chief Olatokunbo Thomas allait communiquer sa position soit vendredi matin, avant que Devanand Ritoo n’entre dans le conseil des ministres, ou dans l’après-midi. Hors, le chef du département légal a choisi de couper tout contact avec le MJS. Malgré le fait qu’il a aidé à organiser un exercice illégale, selon les lois de Maurice,  vendredi en fin d’après-midi à l’hôtel St-Georges, Chief Olatokunbo Thomas n’a pas jugé utile d’informer le ministre de sa démarche ni avant ni après. Et ce jusqu’à son départ de Maurice sur la pointe des pieds hier matin…comme un voleur.
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Devanand Ritoo, ministre des Sports «Rien n’a changé. La FMN n’a pas la reconnaissance du MJS»
Devanand Ritoo peut-on savoir comment se sont passées les discussions avec Chief Thomas, le représentant de la FINA mercredi dernier?
— Je dois reconnaître que les discussions ont été cordiales, même si elles n’ont pas été faciles.
 Pourquoi les discussions n’ont pas été faciles?
— Nous avons buté sur plusieurs points d’ordre légal où Chief Thomas avait une interprétation différente des choses, même il était essentiellement d’accord avec notre point de vue. Au finale, après trois heures de discussions nous avons pas trouvé d’accord.
Mais il y a eu un tête-à-tête de plus de 20 minutes entre Chief Thomas et vous même après cette réunion de trois heures?
— Oui et je pense que ce fut une bonne chose dans le sens où il m’a laissé comprendre qu’il veut absolument trouver une solution dans ce problème avant de partir. J’ai insisté sur le fait que je suis disposé à remettre en place un caretaker committee avec son soutien et celui du comité olympique. Il m’a laissé comprendre que c’était ok pour lui et il m’a demandé de lui soumettre cette proposition par écrit et de donner les noms des gens qui allaient faire partie de ce nouveau comité intérimaire.
 Quand avez-vous soumis votre proposition?
— En fin d’après-midi de jeudi puisque nous avons eu à attendre le feu vert du State Law Office. Outre Chief Thomas, nous avons aussi envoyé une copie de notre proposition à la FINA et au Comité Olympique Mauricien. A un certain moment il y a eu un problème avec l’adresse mail du Nigeria, mais tôt vendredi matin le nécessaire a été fait pour qu’il ait un hard copie à son hôtel. Cependant dans la soirée de jeudi j’ai communiqué avec M. Thomas au téléphone et je lui ai fait comprendre que j’étais disponible très tôt vendredi matin jusqu’à 10h30 et après 14h30 à cause du conseil des ministre.
Avez vous eu, depuis, des nouvelles du représentant de la FINA?
— A l’heure où je vous parle ,nous sommes samedi (hier), à 14h28 ni mon PS ni moi-même n’avons reçu une quelconque nouvelles ou communiqué de Chief Thomas.
Vous savez quand même qu’il a organisé et supervisé une assemblée générale élective pour la FMN vendredi après-midi?
— Officiellement non. Mais j’ai appris par la presse que cette assemblée a eu lieu et aussi quand des journaliste m’ont appelé pour une réaction.
 Le MJS était pourtant contre la tenue de cette assemblée?
— Nous le sommes toujours et je trouve cela très inélégant et un manque de respecte vis-à-vis des lois d’une République qu’un étranger va jusqu’à défier l’autorité d’un pays. C’est un manque d’égard de la FINA et surtout du COM où ni son président et encore moins son secrétaire-général n’ont pas eu la décence de me communiquer leur décision. J’aurais compris que Chief Thomas ne soit pas en faveur de notre proposition, mais la diplomatie voulait qu’il m’informe de son « move ». Avant de travailler avec la FMN illégale, Chief Thomas aurait dû avoir la décence de se montrer courtois à mon égard.
J’ai lu dans la presse de ce matin (ndlr: hier) que le président du COM aurait dit aux membres de la FMN que le MJS considère comme illégale «de ne pas se tracasser le MJS va accepter ce comité. J’ignore où le président du COM a eu une telle assurance mais si ces propos sont avérés, je me dois de rappeler que le MJS n’est pas une boutique où on peut entrer et sortir comme on veut. Avec tout le respect que j’ai pour le mouvement olympique, il ne peut se substituer aux autorités et ne peut parler au nom du Gouvernement? Le COM veut-il, aujourd’hui dans ce pays, cautionner à tout va toutes les élections hors la loi? Où veut-on conduire le sport mauricien avec des actions pareilles?
 Le MJS va-t-il effectivement reconnaître le comité de la FMN élu vendredi dernier?
—Rien n’a changé dans ma position. Depuis le 29 décembre le MJS a retiré le certificat de reconnaissance à la FMN. L’organisation de ces élections est illégale, car la FMN n’est plus depuis le 29 décembre un national body et je crois savoir que la FINA reconnaît que des national body selon ces statuts. J’envisage désormais d’interdire à la FMN d’utiliser le nom «Mauritius», car on ne doit pas jouer comme on veut avec les lois de notre République.
l Doreen Tiborcz a indiqué à certains journaux qu’elle est disposée à ouvrir une ligne de communication avec le MJS. Etes vous disposés à ouvrir cette ligne de communciation?
— Le MJS aide, subventionne et travaille en étroite collaboration avec les fédérations qui sont légitime devant la loi.