Le ministre mentor, sir Anerood Jugnauth, a insisté sur l’importance des terres agricoles, hier après-midi, à La Flora, lors de l’inauguration d’un projet d’agrotourisme et d’écotourisme lancé par l’entreprise Foods Worth Co Ltd, producteur de Banana chips depuis environ 25 ans. « Travailler la terre n’est pas une honte. Ce n’est plus un travail dur comme auparavant, car toutes les opérations sont modernisées et mécanisées », a-t-il lancé à son auditoire, particulièrement aux jeunes, « qui veulent tous travailler dans la Fonction publique ».
« J’observe que de plus en plus de gens ne veulent plus travailler la terre. Posons-nous la question : si nous abandonnions tous la terre, que mangerions-nous ? » s’est demandé sir Anerood Jugnauth hier à La Flora. « C’est pourquoi je dis que l’agriculture est un “must”. Samem ki fer nou viv. Ce serait un crime si nous abandonnions la terre. L’agriculture ne veut pas dire travailler la terre seulement ; il y a aujourd’hui de nouvelles techniques de production grâce auxquelles il y a moins d’interventions humaines et plus de bénéfices. »
Selon sir Anerood Jugnauth, il y a « de grandes opportunités dans le secteur agricole » qu’il faut saisir. « Pour qu’il y ait plus de transformations de fruits et de légumes, il faut certainement avoir plus de productions. Pour que M. Luchmun puisse honorer ses nouvelles commandes qu’il a obtenues de Chine et du Moyen-Orient, il doit y avoir plus de bananes pour être transformées. Il faut donc cultiver davantage de bananes. Il y a de nouvelles opportunités, surtout pour les petits planteurs », a-t-il expliqué.
Parlant de la réussite de Foods Worth Co Ltd, dont le directeur est Ved Luchmun, le ministre mentor a déclaré que c’est « la volonté et la détermination » qui ont entraîné au succès de cet entrepreneur. « Son rêve est devenu une réalité. Sa patience a payé et c’est un exemple à suivre par les autres. Aujourd’hui, cette entreprise est devenue un “trade name” tant sur le plan local que régional et aussi international. Les Banana chips produits ici sont très appréciés par les Mauriciens et aussi à l’étranger », a-t-il soutenu, avant d’ajouter : « Sans vision, sans ambition, sans professionnalisme et sans la qualité, il est impossible de réussir dans le business. Surtout la qualité qui ouvre les portes des marchés et fait avoir une bonne réputation. »
Le ministre a rappelé avoir toujours dit aux jeunes que, dans le monde compétitif dans lequel nous vivons, « il n’y a pas de place pour l’amateurisme ». « Il faut être visionnaire et déterminé, mais également innovateur et obsédé par la qualité pour réussir comme entrepreneur », a-t-il affirmé. Sir Anerood Jugnauth a rappelé que le gouvernement offre diverses incitations pour aider au développement de l’entrepreneuriat. Un des créneaux, explique-t-il, où il y a un bon potentiel est l’agro-industrie, notamment dans le domaine de la transformation de fruits et de légumes. « Je pense toujours qu’on peut faire quelque chose avec notre fruit à pain », a-t-il ajouté, avant de parler des marchés niches qu’on peut développer pour la mangue, le piment et même le brède mouroung qui, dit-il, possède, d’après des recherches scientifiques, des propriétés médicinales. Outre Ved Luchmun, qui a fait l’historique de son entreprise et a aussi parlé de ses contraintes par rapport à la disponibilité des matières premières, les ministres Mahen Seeruttun, Sunil Bholah et Anil Gayan ont également pris la parole.