Que faire de votre vieux téléviseur, bouteilles en verre et autres objets non utilisés: à la poubelle ou au recyclage ? La récupération de vieux objets dans l’art ou l’artisanat est une technique récente issue de notre société actuelle, une société de surconsommation et de gaspillage. Aujourd’hui, on fait du neuf ou du beau avec du vieux. Les sacs en plastique et autres canettes de bière sont broyés et intégrés à de nouveaux produits. Bouteilles vides, vieux papier — on ne jette rien. On recycle! Alternative à la société de consommation. La surconsommation et le gaspillage sont évités à travers la création d’objets, créés seulement à partir de matériaux ou d’objets qui ont déjà servis et qui sont détournés de leur usage habituel sous forme de boîtes à bijoux ou de porte-stylos. Une exposition d’objets créés à partir de matériaux de récupération qui a eu lieu en juin dernier au centre commercial Kendra par La Fondation ENL, avec le concours de Mission Verte, offre un bel exemple de la vie qui émane des objets qu’on réutilise.
A Moka/Saint-Pierre, La Fondation ENL s’est donnée pour mission de sensibiliser les habitants au tri et au recyclage des emballages usagés et autres déchets, ainsi qu’à l’adoption de bons gestes pour réduire les déchets. Pourquoi le choix de la récupération et du recyclage ? Pour donner une deuxième vie aux objets encombrants de notre quotidien et qu’on jette dans la nature. Les déchets d’emballages constituent désormais la matière première de nombreux artistes et artisans. Pour encourager la réutilisation, La Fondation ENL a profité de la Journée internationale de l’Environnement le 5 juin 2013 pour monter une exposition d’objets insolites issus du recyclage.Par jour de soleil et de temps libre, les habitants de Moka/Saint-Pierre et autres visiteurs du centre commercial Kendra ont pu constater qu’à défaut de moyens financiers ou par expérimentation de la technique de récupération, on peut faire du beau avec des bouts de métaux. Des portes-crayons à partir de canettes de bière ou de boîtes de conserve, en passant par des bouquets de fleurs en papier, les tables de l’exposition étaient remplies d’objets utiles ou servant à la décoration. C’est tout le travail déployé par les habitants de la région qui est valorisé, déclare Mario Radegonde, directeur général de La Fondation ENL. En effet, jeunes et adultes ont laissé libre cours à leur imagination et créé des objets insolites à première vue, mais utiles. Une cinquantaine d’enfants des Std 4 et 5 de St Mary’s RCA ont fabriqué des fleurs en papier pour orner des bouteilles en plastique, alors que ceux de St-Pierre RCA — quelque 60 enfants du même âge — ont fait preuve de créativité en imaginant des porte-plumes fabriqués avec des boîtes de conserve usagées. Les élèves de Form 1 du Collège Lorette de Saint-Pierre ont exploité le verre pour en faire divers objets destinés aux jeunes. Des jeunes de la Cité Sainte-Catherine ont récupéré du carton et autres bouchons pour fabriquer des objets décoratifs. Pour leur part, les habitants de la Cité Alma, tous âges confondus, se sont concentrés sur la création de rideaux originaux faits avec des bouchons de champagne. « L’exposition était l’occasion de proposer des créations insolites et d’inviter également d’autres organisations non gouvernementales qui pratiquent le recyclage à exposer leurs créations », déclare Mario Radegonde. Le lancement du tri de déchets au centre commercial Kendra a eu lieu le jour de l’exposition. Des poubelles de tri sélectif ont été placées dans l’enceinte du centre commercial. La campagne de sensibilisation, qui a débuté fin mai, est en bonne voie, selon les organisateurs. « La sensibilisation est déjà enclenchée mais c’est un long processus. Nous avons commencé par cibler les particuliers et les jeunes à travers les écoles primaires et secondaires de la région. Nous allons également démarrer une campagne de sensibilisation porte à porte, avec des volontaires, pour viser les commerçants. » Mario Radegonde se dit assez content de l’effort dont ont fait preuve les habitants de la région depuis l’installation des poubelles à tri sélectif. Un ramassage bimensuel de poubelles qui a lieu au Kendra montre que les gens ont déjà commencé à trier leurs déchets. Mario Radegonde déclare qu’il y a encore toute une éducation à faire concernant le recyclage. Le directeur de ENL est d’avis qu’à Maurice nous avons pris beaucoup de retard dans ce domaine. Avec l’initiative conjointe de Mission Verte et de La Fondation ENL, il est temps que les collectivités locales emboîtent le pas. Il faut une politique de décentralisation et Mission Verte en a déjà donné l’exemple à travers ses tournées dans différentes régions de l’île pour le ramassage et le recyclage de déchets.
A signaler qu’un Women Empowerment Center, à Saint-Pierre, accueille les femmes de la région pour des ateliers d’artisanat selon la technique de recyclage. Ces femmes utilisent, entre autres matériaux, le papier, le verre pour en faire des mosaïques, des bougies et beaucoup d’autres objets utiles destinés à la vente.