Photo: Alex Brandon Associated Press Donald Trump, Emmanuel Macron, la reine Elizabeth II, Justin Trudeau et 300 vétérans donnaient le coup d’envoi des célébrations du 75e anniversaire du Débarquement du 6 juin 1944.

La France commémore ce jeudi le Débarquement allié du 6 juin 1944, en présence de Donald Trump et d’Emmanuel Macron, dans un contexte diplomatique délicat, et de quelque 500 vétérans souvent centenaires.

« Bien sûr, il faut que nous honorions les jeunes soldats qui ont péri dans ce Débarquement, les derniers vétérans, les résistants. Mais, au delà, c’est l’image de nations alliées qui, en coopérant, ont terrassé l’ennemi. C’est le multilatéralisme tel que l’entend le président de la République », a résumé mardi soir Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État française auprès de la ministre des Armées.

La poignée de main jeudi à la mi-journée entre Emmanuel Macron et Donald Trump sera ainsi scrutée avec attention, sur fond de remise en cause profonde par le président américain de ce multilatéralisme. L’Elysée affirme toutefois que le niveau de « confiance » est « au plus haut niveau » avec Washington. La rencontre bilatérale est prévue à 11h30 GMT pour un entretien puis un déjeuner.

Les deux chefs d’État auront auparavant, à partir de 09h00 GMT, co-présidé une cérémonie au cimetière américain de Colleville-sur-Mer, où sont attendues 12.000 personnes, un record selon les autorités locales.

Environ 160 vétérans de la Seconde guerre mondiale (dont 45 du Jour J) y sont annoncés parmi les 9.387 croix blanches surplombant Omaha Beach, ainsi qu’un défilé aérien.

Cette visite se déroule dans un contexte diplomatique compliqué, et alors que Donald Trump est coutumier des saillies imprévisibles.

Le 13 novembre, à peine rentré de Paris, où il avait célébré la paix avec d’autres dirigeants du monde pour le centenaire de l’armistice de la Première guerre mondiale, Donald Trump s’était vivement attaqué à son homologue français.

Les Français « commençaient à apprendre l’allemand à Paris avant que les États-Unis n’arrivent », avait affirmé le président américain, en référence à l’occupation de la France par l’Allemagne nazie à partir de 1940 jusqu’à la Libération par les Alliés.

Certains syndicats ou partis de gauche français ont appelé à manifester jeudi après-midi à Caen contre la venue de Donald Trump, qui incarne, selon leur appel, « le racisme, le sexisme et le climato-négationnisme ».

 » Ne jamais oublier « 

Mercredi à Portsmouth, Donald Trump, Emmanuel Macron et la reine Elizabeth II ont donné le coup d’envoi des célébrations de ce 75e anniversaire.

Les 16 pays représentés ont adopté une « Déclaration » pour « faire en sorte que les sacrifices du passé ne soient jamais vains et jamais oubliés ». Leurs représentants ont assisté mercredi soir au départ en bateau de 300 vétérans britanniques pour la France.

La journée du 6 juin débutera par la pose à 8h30 de la première pierre d’un mémorial britannique à Ver-sur-mer (Calvados), en présence d’Emmanuel Macron, de Theresa May et de vétérans britanniques. Ce sera le dernier rendez-vous officiel de Mme May avant sa démission vendredi.

Le président Macron rencontrera ensuite à 07h30 GMT deux vétérans français, avant de présider à 14h30 GMT, à Colleville-Montgomery (Calvados), une cérémonie en l’honneur des 177 Français du commando Kieffer qui ont débarqué le 6 juin 1944.

De son côté, le Premier ministre Édouard Philippe présidera en fin de journée une cérémonie à Courseulles-sur-mer (Calvados), en présence de plusieurs têtes couronnées européennes.

Mais la Normandie était déjà en fête mercredi, avec notamment des parachutages, une cérémonie amérindienne à Omaha Beach, et des dizaines de milliers de collectionneurs de véhicules militaires qui sillonnaient les routes proches des plages du Débarquement.

Au total plus de 280 événements ont été labellisés pour ce 75e anniversaire.

« On a vu des vétérans de plus de 90 ans, c’est toujours très émouvant de les voir mais il y a aussi beaucoup de jeunes: l’Histoire continue de se transmettre », assuraient mercredi Oliver Haugen, 44 ans, et Ariel Davis, un couple franco-américain en visite au Mémorial de Caen.

De cinq à six millions de touristes sont attendus en 2019 sur les sites historiques normands.

Étape clé de la libération de l’Europe du joug nazi, ce débarquement est le plus important de l’Histoire par le nombre de navires engagés: 6.939 navires ont débarqué 132.700 hommes sur les plages de Normandie.

Près de 3.000 civils normands ont perdu la vie les 6 et 7 juin, soit presque autant que de militaires alliés le Jour J.

mas-clc/gvy/fz/plh