L’équipe de France est championne du monde de football. Les bleus l’emportent 4 – 2 contre la Croatie durant cette finale de la Coupe du Monde 2018 en Russie.

Dominés en début de chaque période, les Français ont pourtant pris l’avantage sur un coup franc de Griezmann détourné dans ses propres filets par Mandzukic (18′) avant que Perisic n’égalise pour les Vatreni (30′). Griezmann a redonné l’avantage aux Français sur penalty après l’utilisation de la VAR par l’arbitre, M. Pitana. Pogba puis Mbappé ont ensuite creusé l’écart avant que Mandzukic ne réduise l’écart sur une erreur de Lloris.

Cette finale a d’ailleurs été arrêtée après l’arrivée sur le terrain de trois streakers, rapidement maîtrisés par les équipes de la sécurité.

Shutterstock

Réception à l’Elysée

Les joueurs et encadrement des Bleus seront reçus lundi en fin d’après-midi à l’Elysée par Emmanuel Macron, a-t-on appris auprès de la présidence.

Deschamps a fait confiance à son onze type pour déjouer le verrou des Balkans. Il a reconduit son attaque habituelle, avec Kylian Mbappé, Antoine Griezmann et Olivier Giroud, alors que la charnière Samuel Umtiti-Raphaël Varane sera chargée de veiller sur Mario Mandzukic et consorts.

En se hissant jusqu’en finale, malgré une série de prolongations, « cette équipe (croate) a démontré des valeurs, des ressources physiques et mentales incroyables », souligne le capitaine français Hugo Lloris.

« L’aborder différemment »

Les tauliers des Bleus l’assurent: ils ont retenu la leçon de la finale perdue contre le Portugal à l’Euro-2016 (1-0, après prolongation).

Pas d’euphorie donc et un sélectionneur qui fixe le mot d’ordre: « sérénité, confiance et concentration. Il faut un bon dosage des trois pour préparer au mieux ce match », dixit Deschamps.

Le technicien de 49 ans est le troisième homme de l’histoire du foot à remporter la Coupe du monde comme joueur puis comme sélectionneur, après le Brésilien Mario Zagallo et l’Allemand Franz Beckenbauer.

L’équipe de France a disputé la troisième finale de son histoire, après le sacre de 1998 et la désillusion de 2006.

Et ses supporters sont prêts à fêter la victoire toute la nuit. Dès la demi-finale contre la Belgique (1-0), les Champs-Elysées étaient envahis. C’est dire l’immense attente autour des joueurs de l’équipe de France.