Le ministre de l’Agro-industrie, Mahen Seeruttun, a retracé les différentes étapes de l’épidémie de fièvre aphteuse, qui ébranle le secteur de l’élevage à Rodrigues, avec plus de 4 000 têtes de bétail affectées par le virus et le cap du premier millier abattus par les services vétérinaires dans l’île. Cet exercice devrait se poursuivre avec le renforcement du personnel depuis hier après le débarquement dans l’île d’un contingent de membres de la Special Mobile Force pour prêter main-forte. Devant la détérioration de la situation, Rodrigues a été décrétée zone de quarantaine.
« With regard to Rodrigues the situation has been worsening and the Rodrigues Regional Assembly has declared the whole of the island as quarantine zone. Measures are also envisaged to cull all the animals in the reported infected farms. My ministry will extend all the assistance to Rodrigues for a better control of the situation », a confirmé le ministre dans une déclaration à l’Assemblée nationale. Les premiers signes de l’épidémie remontent au 19 juillet. Ce jour-là, la division des Services vétérinaires du ministère a été informée par le Chef vétérinaire de Rodrigues qu’un nombre croissant de bestiaux étaient malades dans la région de Terre-Rouge et de Rodrigues. Un premier groupe de 32 portaient des lésions buccales et bavaient excessivement. Deux premiers boeufs devaient succomber à cette maladie. Dans un premier temps, une infection virale a été diagnostiquée.
21 juillet : des prises sanguines prélevées sur les bêtes sont reçues à l’Animal Health Laboratory de Réduit et des tests effectués pendant trois jours. Ces examens en laboratoire se révèlent négatifs.
Avec le nombre de cas d’infections rapportés atteignant 70, l’assistance financière et technique est sollicitée de l’Unité de Surveillance de la Commission de l’océan Indien le 27. Subséquemment, deux vétérinaires du ministère et un épidémiologiste de la COI sont dépêchés dans l’île le 30. Le lendemain, après un Survey, 31 fermes sont identifiées comme ayant été infectées et des tests cliniques sont concluants dans 92 cas.
En parallèle, une interdiction d’importer du bétail de Rodrigues est décidée. La cargaison à être embarquée sur le MV Anna est stoppée. Toutefois, en dépit de cette interdiction, 13 conteneurs avec 91 boeufs, 69 moutons et 75 cabris sont débarqués à Port-Louis du bateau venant de Rodrigues le 1er août. Cette cargaison est dirigée vers le centre de quarantaine de Richelieu pour réduire les risques de contamination.
Le même jour, les services vétérinaires de Maurice sont mis au courant de l’arrivée d’une précédente cargaison de 82 boeufs, 101 moutons et de 140 cabris de Rodrigues en date du 15 juillet. Ces têtes de bétail étaient destinées à 19 fermes. « Meanwhile, analysis of a set of blood samples received on 31 July from Rodrigues was carried out on the 1st August at the Animal Health Laboratory at Reduit and showed positive results have been obtained for the Foot and Mouth Disease », ajoute le ministre. Des vérifications ont été effectuées sur les fermes avec des consignes strictes aux éleveurs.
À Vallée-des-Prêtres, des cas suspectés de fièvre aphteuse ont été décelés sur 80 bêtes alors qu’aucune indication n’a été relevée sur les autres fermes visitées. Une cellule de crise a été instituée pour décider d’un plan d’action et des consultations ont lieu avec le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, pour mobiliser la police dans le cadre du programme d’abattage des animaux contaminés, soit la dernière cargaison en quarantaine à Richelieu et à Vallée-des-Prêtres.
En sus de cela, une commande de 10 000 vaccins a été passée à un laboratoire au Botswana et un contrôle strict est exercé à l’aéroport pour la saisie de la viande crue importée par des passagers venant de Rodrigues.