Microsoft a présenté sa première console qui mise sur les jeux vidéo dématérialisés

Près de six ans après l’arrivée de la dernière génération de console de salon, la prochaine est enfin en approche. Sony a levé le voile, au cours de la semaine écoulée, sur les caractéristiques de sa future PlayStation 5, attendue pour 2020. Avant de consacrer très certainement le prochain E3 aux futures Xbox, Microsoft a quant à lui présenté sa première console qui mise sur les jeux vidéo dématérialisés.

Cela pourrait être le coup d’envoi d’une nouvelle guerre des consoles. Mardi, on en a eu un aperçu avec les annonces à distance des deux grands acteurs du secteur, Xbox et PlayStation. Microsoft a profité de son événement en ligne Inside Xbox, prévu de longue date, pour présenter sa nouvelle console, la Xbox One S All-Digital. Il ne s’agit pas là d’une révolution en termes de matériel ou de puissance, mais d’une nouvelle approche de la console de jeux vidéo qui pourrait se généraliser dans les prochaines années. Si elle arbore le même design blanc que la Xbox One S, cette nouvelle console floquée d’un X se différencie par son absence de lecteur Blu-ray 4K. Cela signifie donc « pas de jeu sur disque à charger ».

Tout se fera en dématérialisé, c’est-à-dire en téléchargement depuis le store de Microsoft. Trois jeux sont inclus à l’achat (Sea of Thieves, Forza Horizon 3 et Minecraft). Un gain de place pour beaucoup qui voient les boîtiers de jeux s’empiler sur les étagères. C’est aussi le premier pas dans les esprits vers le Cloud Gaming. Car si les jeux achetés seront bien stockés sur le disque dur de la console (1 To disponible), ils le seront également sur le cloud (un serveur distant) avec vos sauvegardes et donc accessible depuis n’importe quelle console de la famille Xbox pour être jouables (en souscrivant à un abonnement Xbox Live). Le prochain salon E3 du jeu vidéo qui se tient début juin à Los Angeles se passera pour sa part cette année d’une conférence PlayStation.

Sony a en effet décidé de faire l’impasse sur l’événement où le Japonais avait pris l’habitude de dévoiler ses futurs jeux et ses consoles. Il faut dire que la présence et les annonces Xbox s’annoncent écrasantes. Alors Sony lance les hostilités à distance. Juste avant les annonces de la filière gaming de Microsoft, son rival avait ainsi dégainé les siennes par l’intermédiaire de l’architecte de la PlayStation 4, qui s’est confié au magazine Wired. Mark Cerny a expliqué que Sony travaillait depuis quatre ans sur la future PlayStation 5, qui devrait être présentée l’an prochain. Et il en a profité pour distiller quelques informations laissant entrevoir la puissance décuplée, dont la console star devrait faire état.

La PlayStation 5 devrait, entre autres, lancer les jeux beaucoup plus vite et montrer nettement plus fluides dans le traitement. Les temps de téléchargement seront ainsi réduits de manière drastique. Mais ce qui va parler au plus grand nombre, c’est la rétrocompatibilité enfin annoncée des jeux PS4. Un point notable car, jusqu’à présent, Sony s’était contenté de proposer des versions remastérisées de ses jeux PS3, obligeant les joueurs à repasser à la caisse. Comme sur la Xbox One, il suffi ra donc de glisser ses vieux jeux dans la console pour les lancer. Si elle supporte évidemment les jeux en 4K, la PS5 sera également capable d’afficher ceux en 8K, une résolution d’écran TV loin d’être généralisée. Mark Cerny a aussi annoncé un gros travail sur le son qui sera « plus immersif et spatialisé », même sans Home Cinema.