L’Institute for Judicial and Legal Studies a organisé un atelier de formation à l’intention de 39 magistrats distingués de la Cour intermédiaire et de divers tribunaux de district. Cet atelier, animé par la juge Renuka Dabee et la directrice de l’IJLS, Mokshada Pertaub, était axé sur l’importance de la déontologie judiciaire et du décorum de la cour, qui doivent être respectés et préservés à tout moment. Cela, disent-elles, va dans le sens de l’image de la justice en tant que modèle de justice et d’égalité. « Une condition sine qua non pour maintenir la confiance du public dans le système judiciaire », soulignent-elles.

Renuka Dabee, récemment nommée juge à la Cour suprême, et Mokshda Pertaub, directrice de l’institut, étaient les formatrices désignées pour cet atelier suite à une formation qu’elles avaient elles-mêmes reçues sur l’éthique judiciaire et la conduite de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime. L’atelier était axé sur l’application des principes de Bangalore en matière de déontologie judiciaire en 2002. Ces principes ont été consacrés dans les Lignes directrices de Maurice pour la déontologie judiciaire GN 2077, conçues et approuvées par le Chief Justice de 2002.

Les six valeurs fondamentales qui font partie des principes de Bangalore constituent le fondement éthique sur lequel repose la prépondérance du pouvoir judiciaire. Tout officier de justice, a soutenu la juge Dabee, en raison du caractère sacré de la fonction qu’il représente, « doit conserver à tout moment son : i) indépendance; ii) impartialité; (iii) intégrité; (iv) convenance; (v) égalité; et (vi) compétence et diligence ».

La juge Dabee a également attiré l’attention des magistrats sur la plateforme e-Learning de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, qui peut être un outil « efficace » pour permettre aux magistrats de se tenir au courant de l’évolution de la déontologie judiciaire, du droit et des politiques au niveau international. Il existe notamment un cours autonome sur la déontologie judiciaire, dont l’utilisation judicieuse est vivement recommandée à tous les officiers de justice. Ce cours autodirigé est disponible en deux formats : une version interactive conçue pour être utilisée hors ligne sur un ordinateur, et où les participants peuvent prendre des notes et compléter des exercices, et une autre version, destinée à être imprimée et écrite. Les deux versions peuvent être téléchargées gratuitement. Une simple inscription est nécessaire pour accéder aux outils de la plate-forme e-Learning et du site Web du réseau. Tout officier du judiciaire peut compléter les inscriptions.

Le cours est divisé en trois modules et, à la fin, le participant choisi se voit attribuer un certificat délivré par l’ONUDC. Après la séance de formation, les magistrats ont été divisés en quatre groupes distincts et se sont vus attribuer une étude de cas. Ils ont eu l’occasion de discuter et de délibérer sur l’application des principes de Bangalore et des valeurs judiciaires dans des cas divers. Ils ont mis en avant des scénarios fictifs dans lesquels, par exemple, un officier de justice peut se trouver en situation de conflit d’intérêts. « Judicial conduct in both public and private spheres reflects a road map for our society, and our core source of ethics and morality. Justice must not only be done, but seen to be done in an ethical and just way », a conclu la juge Renuka Dabee.