Alan Ganoo, le président du Mouvement patriotique (MP), regrette que l’opposition n’arrive pas à unir ses forces. Si elle le faisait, dit-il, le gouvernement ne tiendrait pas jusqu’à la fin de l’année. « Nous sommes devenus, en l’espace de deux ans, un parti d’alternance et là où nous irons, il faut compter sur nous pour remporter les élections et nous serons sans aucun doute dans le prochain gouvernement » a-t-il déclaré lors du premier meeting national du 1er mai de son parti à La Louise, Quatre-Bornes.
Il faut dissoudre le parlement et organiser des nouvelles élections générales, car le gouvernement a perdu sa crédibilité, soutient Alan Ganoo. « Les Mauriciens sont découragés, dégoûtés, en colère devant la manière de faire du gouvernement. On entend chaque jour parler de scandales, de nominations politiques où l’Alliance Lepep ne fait que protéger ses proches. Il y a des gaspillages de fonds publics. Regardez ce qui s’est passé dans la vente de l’hôpital Apollo, dans lesquelles l’État n’a encaissé que Rs 77 millions ».
Alan Ganoo a cité le cas d’un ministre qui a obtenu un emprunt de plusieurs millions de roupies sans aucune hypothèque tandis qu’une large majorité de Mauriciens a basculé dans la pauvreté. D’où son appel lancé au gouvernement pour baisser le prix du carburant et de l’électricité pour les ti dimounn.
Selon le président du MP, il y a une confusion totale sur le plan politique. « 60 % de la population ne s’identifient plus aux partis transitionnels. Il faut une nouvelle île Maurice avec la participation des jeunes pour donner un nouveau souffle à la politique. Nous avons fait de la place aux jeunes et nous leur faisons confiance. La zenes deryer moi, nou finn kree enn platform pou zot kapav exprim zot. Nou enn parti de proximité, nou dir bann zenn vinn zwenn nou dan nou konba ».
Jean-Claude Barbier, député du MP, a mis l’accent sur le chômage. « Des étrangers décrochent des contrats au détriment des Mauriciens alors que ces derniers marchent chaque jour dans la rue pour trouver un emploi. Pa pou kapav kontinie koum sa ». Il a suggéré au gouvernement d’exploiter les richesses dont le pays dispose telles que la mer ou encore l’économie verte pour créer de l’emploi.
Atma Bumma, secrétaire général du parti, pense qu’Alan Ganoo peut devenir Premier ministre du pays. « Il a fait ses preuves. Bizin ena nouvo île Maurice. Pei bizin respire. Se pou sa rezon la nou pe fer la politik enn nouvel manier ».
Les autres orateurs, pour la plupart des jeunes, ont évoqué les scandales et les nominations politiques dans plusieurs secteurs, le système d’éducation et les promesses non tenues par l’Alliance Lepep depuis son arrivée au pouvoir.