Un festival pour se sentir bien. Après ses rassemblements artistiques et culturels, La Maison Eureka accueille cette autre manifestation du 20 au 21 juin. Le Wellness Festival Mauritius réunit des facilitateurs spécialisés dans différentes disciplines menant au bien-être : musique, cirque, danse, yoga, méditation, rire, thérapies, entre autres. Surfant sur la vague du wellness, Trine et Bhavnath expliquent ce projet appelé à s’épanouir vers plus de sérénité et qui pourrait faire de Maurice une destination zen.
 
Le bien-être n’est pas une utopie. C’est une manière d’être, un état d’esprit “qui est inné à chacun de nous”, explique Bhavnath sous le regard approbateur de Trine. Il n’y a pas à chercher loin pour profiter de cet état de sérénité qui permet à l’individu d’être avant tout bien avec lui-même et de faire rejaillir sur son entourage cette positivité contagieuse qui se partage allégrement. Mais happé par des obligations de la vie et un mode de vie qui change la nature des vraies priorités, on s’écarte souvent de la voie initiale. “On se laisse alors submerger tandis qu’il nous faut simplement prendre conscience. L’être humain est tel que nous cherchons tous le bien-être et l’amour.”
 
Débrancher pour se reconnecter.
Pratiquant la méditation, Bhavnath aime bien les escapades dans la forêt pour faire le vide. Le yoga de Trine la détache entre-temps de certaines réalités. Mais le bien-être, soulignent nos interlocuteurs, n’est pas en contradiction avec la société ou encore les avancées technologiques. “Il n’y a rien de mal là-dedans. Sans technologie il n’y aurait pas eu de téléphone ou de voiture. Le problème surgit lorsque l’on met l’accent uniquement sur le matériel en oubliant ce qu’il y a autour”, poursuivent-ils. “Parfois il faut savoir éteindre la télé et débrancher le téléphone.”
La troisième édition du Wellness Festival Mauritius, prévue les 20 et 21 juin à la Maison Eureka, Moka, est une invitation à tous de venir surfer sur la vague du bien-être. Différents exercices : respiration, méditation, yoga, tai chi chuan, sufi whirling, acuponcture, géobiologie, massage, cirque sont au programme. Le festival réunira sous la même ombrelle des professeurs et facilitateurs pratiquant différentes disciplines qui coordonneront leurs sessions de travail pour aider les participants à atteindre l’objectif recherché. Ce festival accueille aussi quelques invités venant d’ailleurs dont Istvan Sky, musicien présenté comme un Sound healer, Daphne Tse, chanteuse de Mantra & Soulsongs, qui continue son tour du monde et fera de Maurice une de ses prochaines étapes et Véronique Courbis, de La Réunion, qui proposera de la danse thérapeutique comme option.
 
Trajet vers le bien-être.
L’idée de ce festival, disent Trine et Bhavnath, est venue “à travers nous.” Initialement Bhavnath cherchait des réponses à l’existence et s’était mis à explorer d’autres sentiers à travers des recherches et la lecture. Des rencontres faites ici et ailleurs lui ont permis de trouver sa voie. C’est durant ses voyages qu’il a découvert les Wellness Festivals, des rassemblements qui attirent les foules ailleurs tandis que des individus deviennent de plus en plus avisés de la nécessité de vire dans la pleine conscience de soi et de son entourage. Trine qui a aussi compris cette approche alors qu’elle a longtemps vécu à Bali et a tout de suite compris Bhavnath quand “l’inspiration” leur est venue en 2014.
Ce dernier était en quête d’une place suffisamment “shanty” pour continuer les expériences vécues ailleurs. Avec Trine il décide alors de s’inspirer de ce qu’il avait vu pour établir une plateforme de bien-être à Maurice. Réunissant des thérapeutes et professeurs de différentes disciplines pratiquant séparément dans plusieurs coins du pays, ils montent un premier festival i y a un an. L’expérience étant concluante, ils décident de la renouer en novembre. Le troisième festival annoncé pour ce week-end profitera des acquis des précédentes éditions pour grandir et gagner en intensité. Pas de grandes campagnes de communications jusqu’ici, le Wellness Festival Mauritius a construit ses bases par le bouche-à-oreille et les réseaux sociaux. Spécialiste de l’informatique, Bhavnath comprend bien les outils de communication. La rencontre de ce week-end s’appuie ainsi sur le site wellnessfestivalmauritius.com.
 
Vivre ensemble.
Les premiers exercices commencent tôt le matin. Le programme établi pour les deux jours donnera l’occasion aux participants d’aller à la rencontre des différents thérapeutes associés au projet. Parmi : Christophe Nairac, Sarah Bibi, Deeshal, Anishta et Ken, Eve Morgane, Aseema, Bernadette, Iyek, Ashwin Malliah, Michèle de Gennero, Kan, Dr Pragya, Ludovic, Sophie, Rajneesh, le Baraka Cirq, entre autres. Dans la soirée, tous seront autour d’une grande table pour un repas composé de nourriture saine. La journée de samedi prendra fin avec un Avatar Healing Concert et celle de dimanche sera clôturée sur fond de musique hawaïenne inspirée de Mantras par Daphne Tse. Dimanche, des ateliers seront aussi spécialement proposés aux enfants.
L’affaire transcende les communautés, les croyances religieuses, les classes sociales et autres barrières qui cloisonnent les uns des autres. “Pas de gourous” ou autres à ce rassemblement qui se veut aussi un espace de rencontre et de partage. D’où la possibilité offerte à ceux qui le souhaiteront de camper sur place dans la nuit de samedi à dimanche, la cour de la Maison Eureka offrant toutes les facilités dont elle dispose aux festivaliers pour qu’ils vivent pleinement l’expérience. L’endroit, explique Trine et Bhavnath, a été choisi pour ses multiples atouts. Autour de la vieille case créole, tout un espace vert au pied de la montagne et bordé d’une rivière. Une vraie occasion d’évasion dans la nature et le silence.
 
Changement.
“Nous devons essayer d’être le changement que nous souhaitons”,avance Trine. Trop de faits divers sordides et des scandales à répétition plombent l’ambiance générale. Il y a un urgent besoin de positivité et cela commence par les individus qui auront ensuite la possibilité d’apporter ce changement à l’ensemble de la société. “Une flamme peut éclairer toute une cité. Il faut accorder la valeur à la vie. Partager, respirer ensemble.” Tandis que plusieurs pays deviennent des destinations de bien-être, Trine et Bhavnath sont convaincus que Maurice peut aussi se positionner dans le domaine, le pays ayant tous les atouts pour se développer dans cette direction. Là aussi le soutien des autorités permettra à ses ambitions de prendre forme.
À souligner que le 21 juin, le monde célèbre la Journée internationale du Yoga décrétée par les Nations unies. À travers le Wellness Festival, Maurice sera l’un des 175 pays où des millions d’individus célébreront cet art traditionnel indien.