Après des fêtes de Noël moroses pour certains employés de la Mauritius Duty Free Paradise (MDFP), qui s’étaient vu refuser leur demande d’exemption de travailler les 24 et 25 décembre, malgré leur requête pour des besoins religieux, la situation semble s’assainir au sein des boutiques hors-taxes. À la fin de l’année, le CEO, Rakesh Rughoobeer, qui provoquait la grogne depuis sa prise de fonction, a même fait des cadeaux à ses employés. Ces derniers ont, en effet, reçu des chaises pour qu’ils puissent s’asseoir lorsqu’il n’y a aucun client dans les boutiques. Requête qui date de plusieurs années mais qui avait toujours été refusée par l’ancien CEO, Simo Carevic, qui avait interdit aux employés de la MDFP de s’asseoir durant les heures de travail, même s’il n’y a aucun client.
Rakesh Rughoobeer, en véritable Père Noël, a également offert des testeurs de parfum de marque à ses employés. Une pratique courante il y a quelques années, mais qui avait été supprimée sous l’ancien régime.
La sérénité semble revenir au sein de la Duty Free, le management ayant décidé de procéder, le 15 janvier, à la signature du Collective Agreement qui finalisera, par la même occasion, le paiement de la dernière tranche des arrérages dûs par la compagnie aux employés depuis 2013. Au total, c’est quelque Rs 200M que la MDFP aura dépensées en paiement d’arrérages.
Si pour les employés, 2016 semble démarrer sous de bons auspices, au niveau de la clientèle, c’est une autre histoire. Depuis le début de l’année, plusieurs produits – dont chocolats et boissons – très demandés par les passagers manquent sur les étagères. Cette semaine, avec l’arrivée de certaines commandes, la MDFP a procédé à quelques remplissages des étagères, mais les passagers se plaignent du manque de choix. Ils déplorent également la cherté des produits duty free, les prix étant restés inchangés depuis la hausse des prix sous Dufry.