Depuis le changement de régime, ils réclamaient son départ. Mais depuis qu’il est parti en catimini, vendredi soir, les employés de la Mauritius Duty Free Paradise Shop (MDFPS) sont inquiets. Pour cause, avec le départ du CEO de la compagnie, Simo Carvéric, les négociations salariales s’en trouvent gelées. Ce, alors qu’une rencontre du syndicat la semaine dernière avec le Human Ressources Manager, Viren Coomaren, leur a laissé comprendre qu’ils finiraient par obtenir les 21% d’augmentation qu’ils réclamaient et qui leur est due depuis deux ans. La lenteur du gouvernement pour nommer le board de la MDFPS fait craindre aux employés une attente encore plus longue et frustrante en ce qu’il s’agit de l’amélioration de leurs conditions de travail et de leur augmentation salariale.
C’est avec étonnement que les employés de la MDFPS ont constaté, vendredi soir, que leur CEO avait plié bagage et pris l’avion pour la Suisse. Simo Carvéric a été vu à l’aéroport vendredi soir aux alentours de 20h avant qu’il ne prenne l’avion à 22h. Ce départ, souhaité et réclamé par les employés en raison, selon eux, de la politique de dictature que menait le CEO, a surpris plus d’un dans la boutique, d’autant que, selon les employés, Simo Carvéric n’est pas passé par les boutiques hors taxes, comme à son habitude, mais s’est rendu directement au VIP Lounge. Il était accompagné par le Deputy CEO de Dufree – la compagnie mère qui fournit les produits à la MDFPS –, Michel Galet, en mission spéciale à Maurice depuis peu, qui est aussi parti. Ce ne serait pas un simple voyage, avancent les employés, mis au courant qu’un Arrest on departure pesait sur les deux hommes.
Si Simo Carvéric avait laissé comprendre qu’il ne partirait pas tant que son contrat n’arrive à échéance, les employés notent que son départ a été précipité. Ils font ressortir qu’il y a une semaine, l’Operation manager de la compagnie, Nadia Adouania, a elle aussi plié bagage et est rentrée en Suisse. C’est désormais Danan Seetaram, connu pour avoir été un proche de l’ancien régime, qui assume ces fonctions.
Manque de stock dans les boutiques hors-taxes
Outre les négociations salariales qui s’en trouvent gelées avec le départ de Simo Carvéric, d’autres employés attendent toujours le paiement de leurs heures supplémentaires dues depuis août 2014. D’autres membres du personnel, travaillant depuis 17 mois sur une base contractuelle, renouvelée chaque trois mois, attendent la confirmation à leur poste. Le board de la MDFPS n’ayant pas encore été constitué sous le nouveau gouvernement, les employés de la MDFPS, devant le départ précipité du CEO, se demandent qui sera le prochain gestionnaire et quand ils verront l’amélioration de leurs conditions de travail et, en parallèle, quand ils percevront enfin les 21% d’augmentation salariale réclamée qui leur est due depuis deux ans.
Ils s’inquiètent de même de la situation dans les boutiques hors-taxes, en manque de stock. Si sur une base d’une fois tous les deux mois, le stock de la MDFPS était renouvelé, tel n’est pas le cas depuis le mois de décembre. Il ressort de même qu’alors que la MDFPS a terminé avec l’exercice de son inventaire depuis le 15 janvier, à ce jour, le chiffre d’affaires de la compagnie pour la période 2014-2015 n’est pas encore connu. Ce qui inquiète davantage les employés qui soutiennent que l’entreprise aurait des dettes énormes auprès des plusieurs compagnies locales.