Les recherches menées par le président et un autre membre de l’Islamic Cultural Centre, Sam Lauthan et Fareed Jaunbocus respectivement, avec l’aide de Mauriciens se trouvant à La Mecque pour le pèlerinage du Hadj, ont apporté un soulagement aux familles mauriciennes, dont les proches étaient portés disparus avec la bousculade meurtrière de l’Eid-ul-Adha. Quatre des dix Mauriciens ont été retrouvés sains et saufs même si à hier soir, ils étaient encore sous « un choc terrible ». Toutefois, la situation est encore délicate pour la famille Janoo avec quatre membres ayant fait le déplacement en Arabie saoudite pour le pèlerinage et deux membres de la famille Nazurally n’ayant pas encore donné signe de vie à hier soir. Suite à des démarches entreprises au plus haut niveau, les deux représentants de l’Islamic Cultural Centre à La Mecque ont été invités par les autorités saoudiennes à faire la tournée des morgues dans la soirée d’hier.
Après vingt-quatre heures d’angoisse, compte tenu des événements dramatiques sur la route 204 menant à La Mecque, une lueur d’espoir a été notée dans le camp mauricien vers les 14 heures, (heure de Maurice). À ce moment précis, un groupe de pèlerins de l’Inde s’arrête devant le camp des Mauriciens pour y déposer Isabee Beeharry, née Janoo, l’une des cinq membres de cette famille portés manquants depuis jeudi matin.
« De ce que nous avons pu comprendre, des pèlerins venus de l’Inde avaient porté secours à Isabee Beeharry au plus fort de la bousculade. Ils n’ont fait que la déposer avant de reprendre la route. La Mauricienne était et reste encore sous l’effet du choc. Physiquement, elle portait des séquelles de cette dure épreuve qu’elle venait de traverser. Elle pouvait à peine parler », a fait comprendre au Mauricien peu avant 15 heures, hier, Fareed Jaunbocus.
Ce développement a requinqué les représentants des Mauriciens, redoublant d’ardeur dans les recherches en multipliant les contacts au niveau des hôtels, des hôpitaux ou dans d’autres endroits stratégiques. Les efforts devaient rapporter des dividendes car dans l’heure qui suivait le retour d’Isabee Beeharry, Amjah Aumerally, qui avait été déplacé d’un hôpital, était identifié sain et sauf à l’hôpital Abdul Aziz. Même si ce pèlerin n’avait pas donné signe de vie, les responsables étaient convaincus qu’il était hors de danger de par les informations initiales disponibles.
Successivement, deux autres Mauriciens, deux membres de la famille Peerbocus ont été répertoriés parmi ceux des pèlerins qui se trouvaient dans un hôpital de la région. « Devant la suite des événements avec la bousculade et même s’ils étaient blessés, ils ont préféré se rendre à l’hôpital. Mais à ce soir (hier soir), il était difficile d’avoir le moindre détail de ce qu’ils ont souffert au cours de ces dernières 24 heures. Ils ont subi un grave traumatisme. Nous avons une urgence, soit les encadrer et les protéger psychologiquement. Tout ce qu’ils nous ont rapporté est qu’ils ont des douleurs sur tout le corps car ils ont été piétinés », ajoute le représentant de l’Islamic Cultural Centre.
À hier soir, six Mauriciens étaient toujours manquants, les quatre membres de la famille Janoo et les deux des Nazurally. La soirée d’hier devait constituer une étape cruciale pour Sam Lauthan et Fareed Jaunbocus. Suite à des multiples contacts au cours de la journée d’hier, ils ont été invités par les autorités saoudiennes pour une tournée des morgues de La Mecque. « Nous n’avons pas le choix : après la tournée des hôpitaux, des hôtels et des tentes, nous allons parcourir les morgues. Je connais Swaley Janoo très bien pour avoir travaillé avec lui une bonne dizaine d’années. Nous verrons ce que nous verrons », a laissé entendre Fareed Jaunbocus en début de soirée en attendant d’être rejoint par des guides saoudiens pour cette expérience peu commune.
Entre-temps, le Premier ministre suppléant, Xavier Luc-Duval, a fait parvenir un message de sympathie au roi Salman d’Arabie saoudite, après le tragique incident survenu à Mina près de La Mecque. Dans ce message, il a plus particulièrement adressé sa plus vive sympathie aux familles endeuillées. Il a aussi exprimé ses inquiétudes par rapport aux pèlerins mauriciens qui sont toujours portés manquants.
De son côté, Showkutally Soodhun a tenu à rassurer les familles que tout est mis en oeuvre pour retrouver les personnes toujours portées manquantes. Il dit être en contact permanent avec les autorités saoudiennes qui participent aux recherches. « Nous avons également fait appel à des étudiants mauriciens en Arabie saoudite pour qu’ils participent à cette opération. J’ai aussi donné des instructions pour que les personnes qui ne se sentent pas capables d’accomplir les rites de Mina délèguent une autre personne à leur place. Car il y a chaque jour trois millions de personnes à cet endroit. Les personnes qui sont faibles et ne peuvent résister à la pression de la foule devraient s’abstenir. »
Showkutally Soodhun s’est également montré très critique envers un organisateur du hajj en particulier. « Ils sont onze organisateurs à La Mecque actuellement. Comment se fait-il que les pèlerins d’un seul groupe ont eu des problèmes. L’organisateur est responsable des personnes qu’il emmène à La Mecque. Il y aura des sanctions. Cela n’a rien à voir avec la politique, mais il y va de la sécurité des gens. »
Il a aussi rassuré qu’aucun Mauricien ne se trouve parmi les personnes ayant trouvé la mort lors de la bousculade, contrairement à une information qui a circulé hier. « Nous avions 15 disparus au départ. Nous en avons retrouvé cinq dans un premier temps et quatre autres hier. Nous sommes confiants que nous parviendrons à retracer les autres. Les autorités saoudiennes procèdent actuellement à l’identification des patients des hôpitaux grâce à leurs empreintes digitales. S’il faut me rendre sur place, je le ferai. »
Par ailleurs, Showkutally Soodhun révèle que le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, qui se trouve actuellement à New York signera un accord avec le ministre saoudien des Affaires étrangères pour l’ouverture d’une ambassade dans ce pays. « Nous voyons aujourd’hui l’importance d’une ambassade en Arabie Saoudite. Les choses auraient été plus faciles. »
D’autre part, le vice-Premier ministre révèle qu’un jeune pèlerin mauricien se trouve actuellement à l’hôpital psychiatrique en Arabie Saoudite. « Il a eu des problèmes de comportement dès son arrivée. Nous attendons le moment approprié pour le faire revenir dans les meilleures conditions. »
Les mêmes dispositions seront prises pour les pèlerins malades. Les autorités mauriciennes organiseront le retour de ceux qui ne peuvent poursuivre le pèlerinage.