Une tentative de prise d’otages au quartier des soins médicaux de la prison de haute sécurité de Melrose a été tuée dans l’oeuf à la mi-journée. Le détenu Selmour, réputé pour être très violent, a tenté peu après 11 h de prendre en otages deux membres du personnel paramédical et a causé des dégâts matériels dans cette partie de la prison. Avec ces incidents, l’alerte maximale avait été déclenchée dans l’enceinte de la prison avec l’isolement du détenu, auteur des incidents.
C’est au centre médical, plus précisément, au Treatment Centre de la prison de Melrose, que tout s’est joué. Il est 10h30, l’heure à laquelle les détenus qui sont en traitement s’y rendent. Le médecin de service, ce jeudi matin, est le Dr Ibrahim. Deux infirmiers sont également présents. Le détenu Selmour y arrive, accompagné d’un officier du PSS (Prison Special Squad). « Ce détenu est un récidiviste notoire qui sert une longue sentence », expliquent au Mauricien des officiers de la prison. Et d’ajouter : « Il a plusieurs antécédents, dont un viol avec violences. » Il y a peu, Selmour avait été transféré à la prison de Beau-Bassin, « mais il a été renvoyé à Melrose pour mauvais comportement ».
Prenant tout le monde au dépourvu, le détenu Selmour « qui semblait avoir en sa possession un morceau de métal avec lequel il a menacé tous ceux qui étaient sur place », s’est emparé d’un « stand » utilisé pour la perfusion qui se trouve dans la salle de traitements. « Il en a arraché la perfusion qui y était accrochée et s’en est servi pour faire peur à tout le monde », continuent nos officiers. Une situation chaotique et de panique en a résulté.
À l’heure où l’incident se produit, le CP Jean Bruneau se trouvait à Port-Louis. Alerté, il a immédiatement réclamé qu’un détachement d’une vingtaine d’officiers de la Quick Response Team, le CERT, quitte Beau-Bassin et se rende à Melrose. « La consigne était de négocier avec le preneur d’otage… », indiquent encore les officiers au Mauricien. Sur place, en effet, les membres de cette unité ont entamé le dialogue avec le détenu Selmour qui a fini par « surrender ».
« Quand il a parlé, ajoutent nos interlocuteurs, le détenu a expliqué qu’il a disjoncté parce qu’il n’en pouvait plus des pressions. Il a dit que sa femme est incarcérée à la prison des femmes de Beau-Bassin et comme lui se trouve à Melrose, ils ne sont pas du tout en contact. Il a laissé comprendre que cette situation et d’autres soucis encore lui pesaient et c’est tout cela qui l’a amené à exploser. Qu’il souhaitait qu’on l’écoute et qu’on l’aide à trouver une solution… »
Aux alentours de midi, la situation avait été contenue et désamorcée. « Il n’y a eu ni violences ni effusion de sang, dieu merci ! », confirment les officiers.