L’abolition du Provisional Charge System, la formation en droits humains des officiers de police et le suivi du Police and Criminal Evidence Bill. C’est ce que demandent les membres de la Middle Temple Association (Mauritius) qui ont tenu une conférence de presse, vendredi, à Port-Louis.  Me Rashad Daureeawo, Senior Counsel et membre exécutif de l’association, se dit concerné que les choses n’évoluent pas et déplore les “trop nombreux cas de provisional charge rayés”. Il a, dans cette optique, parlé des dégâts moraux et irréparables qu’une charge provisoire peut causer à une personne. “Il est très difficile de blanchir une personne qui a été entachée”, soutient-il. Il a cité les soeurs Rawat dont les cas à la Cour de Curepipe et celle de Rose-Hill ont été récemment rayés mais qui devront tout de même vivre avec le traumatisme de cette expérience.
Par ailleurs, le Senior Counsel a mis l’accent sur la stigmatisation des victimes de ce système défaillant, par les médias notamment. Il a fait mention de la pression exercée par la presse et les citoyens sur les policiers qui doivent à tout prix trouver un coupable, et ce, sans même avoir recours aux “témoins ou aux évidences scientifiques”. La Middle Temple Association demande que le rapport du magistrat Sir Geoffrey Rivlin, en visite à Maurice l’an dernier, soit revu et consulté pour faire avancer le Police and Criminal Evidence Bill. “On ne peut arrêter une personne seulement sur la base d’allégations”, lance la Middle Temple Association. Le système doit ainsi être revu.  Pour ce qui est de l’attitude et du comportement de certains officiers de l’ordre vis-à-vis des citoyens, l’association souligne plusieurs anomalies. “Prenons l’exemple des Judges’ Rules qui ne sont , en fin de compte, que cosmétiques, car les officiers ne les mettent pas en pratique”, dit Rashad Daureeawo. Et d’ajouter, “on ne fait pas de procès à la police mais on doit donner un legal framework pour une meilleure ambiance.” La Middle Temple Association demande à cet effet une formation plus poussée en droits humains des officiers de l’ordre, car “les citoyens ont droit au fairness et à la courtoisie.”
La Middle Temple Association a aussi énoncé ses préoccupations quant au profil psychologique de certains policiers et se demande si aucun test n’est effectué lors du recrutement. Rashad Daureeawo tire la sonnette d’alarme au vu des nombreux cas de suicide au sein de la force policière. Et elle recommande, de ce fait, qu’il y ait “un suivi et une évaluation psychologique continus” pour voir si l’officier est apte au port d’arme. Citant le cas d’Arvind Hureechurn, Rashad Daureeawoo s’est dit choqué du nombre de “deaths in Police custody.” Il  demande ainsi au commissaire de Police de faire une inspection des cellules de prison mauriciennes pour constater de visu les conditions de vie des détenus.