Depuis ces dernières 12 heures, la police s’est retrouvée avec deux cadavres sur les bras. Dans le premier cas, soit le suicide en prison à Rodrigues de Vanessa Varden (27 ans), en détention provisoire pour le meurtre de Jean-Marc Spéville à Cascade Pigeons, l’enquête paraît straightforward vu les circonstances du drame. Par contre, depuis 7 heures ce matin, les limiers de la Eastern Division sous la supervision du surintendant Ramgoolam, tentent d’élucider les circonstances dans lesquelles Stellio Coralie (59 ans), qui venait de rentrer à Maurice après un long séjour en Grande-Bretagne, a été tué à son domicile au complexe de la National Housing Development Company de Melrose, Clémencia. Les premières indications tendent à confirmer que ce crime aurait été commis il y a au minimum trois jours.
Très tôt ce matin, les voisins de Stellio Coralie, vivant seul depuis trois mois dans un des appartements du complexe de la National Housing Development Company (NHDC) de Melrose, n’étaient plus en mesure de tenir une odeur incommodante et nauséabonde dans les environs. Depuis le week-end, ils n’avaient pas vu de traces de cet homme de 59 ans. Ils ont alerté le poste de police de la localité. Une première descente a confirmé les soupçons du voisinage.
Les policiers, qui avaient enfoncé la porte d’accès de la maison, ont découvert le corps de la victime à même le sol et gisant dans une mare de sang. Stellio Coralie était également bâillonnée. Très vite, des mesures ont été prises pour interdire l’accès au domicile de la victime en attendant l’arrivée des éléments du Scene of Crime Office pour des prélèvements d’indices et de preuves ainsi que du Chief Police Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin.
Après les premiers examens, le cadavre a été transféré à la morgue pour une autopsie afin de déterminer les causes du décès ou encore pour relever les traces de blessures sur la victime. Selon les premières indications relevées par ceux qui ont pu pénétrer à l’intérieur des chambres, le mobile du vol ne serait pas étranger à ce meurtre et le nombre de suspects devrait être plus qu’un. La chambre à coucher était sens dessus dessous, preuve que les voleurs ont tout tenté avant de partir. Mais à ce stade, il est difficile de préciser s’ils ont pu trouver ce dont ils étaient venus chercher.
Les informations glanées sur les lieux confirment que Stellio Coralie, qui vivait en Grande-Bretagne, est rentré à Maurice pour venir s’y installer de manière permanente il y a trois mois. D’ailleurs, il était occupé avec la construction d’une maison à Pereybère. Entre-temps, il avait pris la décision de louer une maison de la NHDC à Melrose. D’autres sources avancent qu’il était en instance de divorce et que son épouse serait restée à l’étranger.
Les enquêteurs du CID de la Eastern Division, travaillant en étroite collaboration avec la Major Crimes Investigation Team (MCIT) de l’assistant commissaire de police, Yousouf Soopun, sont déjà à pied d’oeuvre pour dresser la liste d’amis ou de connaissances de Stellio Coralie pour mieux comprendre ce qui aurait pu amener les agresseurs à l’attaquer aussi sauvagement et à l’abandonner à son domicile depuis au moins trois jours.
Suicide à Rodrigues
D’autre part, dans la nuit d’hier à ce matin, les autorités policières et pénitentiaires de Rodrigues étaient en alerte avec le cas de suicide de Vanessa Varden en détention provisoire à la prison de Pointe-Lagueule dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Jean-Marc Spéville le 23 février à Cascade Pigeons. Vers les 22 h 45 hier, lors d’une tournée des cellules de la prison, un des officiers devait constater le drame.
Vanessa Varden, qui occupait une cellule avec une autre détenue Micheline Perrine, s’était pendue avec son drap dans les toilettes. Sur le champ, l’alerte a été donnée et les démarches ont été initiées selon les procédures établies. Les tentatives de réanimation ont été vaines.
La dépouille de la victime a été transportée d’urgence à l’hôpital où le décès de cette détenue a été constaté officiellement. L’autopsie devrait être pratiquée incessamment avec l’arrivée à Rodrigues d’un médecin légiste. Les premiers recoupements d’informations indiquent que la présumée meurtrière n’aurait laissé transpirer aucune indication quant au projet de mettre fin à ses jours. Il semblerait que sa compagne de cellule ignorait ses intentions.
Le commissaire de la Prison, Jean Bruneau, a diligenté une enquête départementale pour établir les circonstances de ce premier cas de suicide en prison à Rodrigues. Le Deputy Commissioner of Prison, le DCP Shipdoyal, a été dépêché dans l’île aujourd’hui pour superviser le déroulement de cette enquête. Le responsable de la Prison de Pointe-Lagueule, qui se trouvait également en mission à Maurice, a regagné l’île en toute urgence.
L’un des principaux témoins, qui seront entendus par les enquêteurs de la Prison et de la police, ne devrait être nulle autre que la co-détenue Micheline Perrine. Cette dernière aurait déjà confié à ce stade qu’à aucun moment, elle ne s’est trouvée en présence des confidences de Vanessa Varden quant à ses problèmes.
Vanessa Varden avait été transférée à la prison de Rodrigues pour sa détention provisoire depuis le 29 février. Elle avait été interpellée après la découverte du cadavre de Jean-Marc Spéville dans les rampes de Cascade Pigeons dans les hauteurs de Port-Mathurin. Dans un premier temps, elle avait tenté de faire accroire aux enquêteurs de Rodrigues qu’elle avait tout simplement poussé la victime.
Mais au fil de l’enquête policière, Vanessa Varden devait être confrontée à des preuves accablantes d’un meurtre commis avec préméditation. D’ailleurs, un autre suspect se trouve actuellement en détention provisoire dans le cadre de cette même enquête policière.
Le suicide de Vanessa Varden dans la nuit d’hier à ce matin est venue compliquer la tâche de la police en vue d’élucider les circonstances dans lesquelles Jean-Marc Spéville, un père de famille de deux enfants, a été agressé mortellement le 23 février dernier.