« Je suis satisfaite des propositions d’amendements faites par le ministre Roshi Bhadain hier », a confié au Mauricien ce matin Danielle Selvon, l’ancienne députée du MSM. Pour rappel, elle a démissionné dimanche de son parti pour siéger comme « indépendante » au Parlement, et ce après avoir manifesté publiquement son désaccord avec certains aspects du Good Governance and Integrity Reporting Bill.
« J’avais demandé que le président du board de l’Integrity Reporting Services Agency soit nommé par la présidente de la République sur la recommandation du Premier ministre après consultation avec le leader de l’opposition. Ce qui a été amendé. J’avais aussi demandé que les petits commerçants ne soient pas mis dans le même panier que les trafiquants. Le plafond de Rs 10 M permet ainsi de les différencier. Par conséquent, je voterai en faveur des législations qui seront présentées au parlement tout en siégeant comme indépendante », a déclaré Danielle Selvon.
À l’issue de la réunion des parlementaires de la majorité sous la présidence du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, au Prime Minister’s Office hier, Roshi Bhadain a fait comprendre que le Good Governance and Integrity Governing Committee constituait « un outil indispensable » pour lutter contre la corruption. Le ministre de la Bonne gouvernance a nié toutes les arguments à l’effet que le gouvernement avait des motivations d’ordre politique. « Ces accusations ne tiennent pas debout car je pourrais moi-même me retrouver hors du Parlement. Je ne pense pas que j’aurais voté une loi susceptible de me faire du mal », a-t-il dit.
Le ministre a annoncé que trois amendements seront apportés au texte de loi initial. Ainsi, le président du conseil d’administration de l’Integrity Reporting Services Agency sera nommé par la présidente de la République sur recommandation du Premier ministre après consultations avec le leader de l’opposition. L’Integrity Reporting Services Agency aura un délai de six semaines pour compléter son enquête et soumettre les dossiers à la Cour suprême concernant une demande de saisie. Troisièmement, la nouvelle loi ne concernera pas ceux disposant des biens estimés à moins de Rs 10 millions.
Interrogé à ce sujet par Le Mauricien, Reza Uteem a soutenu que le MMM appréciait la démarche du Premier ministre en vue d’apporter des amendements à la législation incriminée. Toutefois, il estime que les propositions de Roshi Bhadain sont insuffisantes. « Aucune mention n’a été faite concernant l’amendement constitutionnel. Rien n’est dit non plus concernant la présomption d’innocence et le droit au silence », a fait ressortir Reza Uteem, qui souhaite que le Premier ministre ouvre les discussions avec les partis politiques, dont ceux de l’opposition, ainsi qu’avec les légistes par le biais du Bar Council.