Après avoir souvent “donné une chance” aux chauffeurs de vans et de taxis ‘marrons’ pris en flagrant délit de non-respect des lois, le régulateur décide de sévir. Un avertissement est même lancé à ceux qui préfèrent ces types de transport et une amende de Rs 500 est même préconisée. Sauf que les usagers ne sont pas contents et demandent au GM de régulariser ces «marrons» car sans eux il est impossible de se rendre au travail et d’arriver à l’heure.
“La loi n’est pas durcie mais appliquée dans toute sa ri-geur. Nous avons donné trop de chance dans le passé et la situation n’a pas changé. Nous allons maintenant agir”, avertit le commissaire de la NTA, Koshik Reesaul, lors d’une conférence de presse, vendredi après-midi, au siège de cette instance à Cassis. Depuis longtemps, des vans et des taxis qui n’ont pas de permis sont stationnés dans différentes régions du pays pour attirer des passagers contre paiement. Et leur action entraîne un sérieux manque à gagner aux chauffeurs qui ont un permis en bonne et due forme. Selon les statistiques de la NTA, les officiers de cette instance et les policiers ont émis 1243 contraventions depuis le début de l’année dans l’exercice de l’opération crackdown. Et du 14 août à hier, 81 contraventions ont été émises uniquement contre les vans ‘marrons’.
Selon les observations des autorités concernées, les contrevenants se placent dans des endroits stratégiques à travers le pays. De plus, certaines personnes qui travaillent pour eux, en tant que “chefs de gare”, attirent les passagers pour voyager à bord d’un véhicule inconnu. “Nous surveillons ces gens et ces transports depuis quelque temps”, dit le commissaire, ajoutant que la NTA est en possession d’une liste de ces «transports». À cet effet, il dit être au courant de cette situation dans plusieurs régions du pays, à l’instar de la poste de Port-Louis où des vans sont stationnés à des heures où les employés sortent du travail.
Koshik Reesaul avertit les passagers qui préfèrent gagner du temps en ce mode de transports qu’ils se mettent à risque. “En cas d’un accident, ils ne seront pas couverts par une assurance. Pire, ils risquent un amende si les preuves sont trouvées”, dit-il. Des changements seront apportés à la loi pour une pénalité fixe et sur le champ, et des amendements seront bientôt faits en ce sens. La NTA planche actuellement sur le montant de l’amende. qui est de  Rs 500.