This picture shows the surroundings of Everton's Goodison Park football ground on the day that the club should have played the Merseyside derby against Liverpool in the English Premier League, in Liverpool on March 16, 2020. (Photo by PAUL ELLIS / AFP)

Le coût prévu de la perte de revenus de diffusion pour la Premier League, si la saison ne se termine pas, a été révélé. Selon The Athletic, les dépenses totales seraient de £ 762 millions si la pandémie de coronavirus entraînait l’annulation de la campagne 2019-2020.

La somme gargantuesque serait due à une violation des clauses contractuelles convenues pour les droits nationaux et internationaux. Le journal rapporte que Sky Sports subit quotidiennement un énorme défi cit, car il lutte principalement pour faire de la publicité pendant la pause forcée de la saison. Au plus tôt, la reprise de la ligue débutera le 30 avril. Cette information a été transmise aux 20 clubs de Premier League lors d’une réunion à Londres jeudi matin.

Les équipes de haut niveau viennent de recevoir leur complète allocation pour la saison et certaines sont maintenant désireuses de jouer à huis clos pour s’assurer que le calendrier soit respecté et, ainsi, elles peuvent conserver leurs revenus de diffusion. De nombreuses équipes misent sur les revenus de diffusion pour les aider à faire leurs propres dépenses, qui sont principalement les salaires des joueurs. Cependant, la principale difficulté de cette proposition est la gravité de la pandémie de coronavirus.

Outre les joueurs à être payés, on craint que le personnel de divers clubs ne soit licencié. Manchester United, Crystal Palace et Brighton ont promis que ce ne serait pas le cas dans leurs clubs. United a expliqué qu’il allait continuer de rémunérer ses 3000 employés occasionnels, même si la saison est définitivement stoppée, et même si les dernières rencontres doivent être jouées à huis clos.

“Manchester United paiera tous ses loyaux employés occasionnels de match et hors match”, indiquent les Red Devils dans un communiqué. “Ce geste de bonne volonté reflète la volonté du club de réduire l’incertitude financière à laquelle est confronté son personnel occasionnel, et reconnaît le rôle crucial qu’il joue dans la prestation de services aux supporters” selon un communiqué. La seule condition pour bénéficier de ce coup de pouce est d’avoir travaillé pour le club au cours des trois derniers mois.

Si la suspension des différents championnats et la mise en pause du monde du football font craindre pour les emplois des salariés des différents clubs, la situation est encore pire pour les “intérims” du ballon rond, les employés occasionnels, qui travaillent surtout au stade, autour des matchs. Souvent payés à la mission, voire à la journée, ces derniers n’ont plus de revenus tant que la saison ne reprend pas. Sauf à Manchester United.

À Manchester City, les travailleurs restent dans l’ignorance. Comme l’a révélé Sportsmail en exclusivité, les employés du champion en titre ont tenté de dialoguer avec la direction du club, mais ont été confrontés à un “mur de silence” depuis que la pandémie de coronavirus a commencé à affecter le calendrier du football la semaine dernière. Le personnel des jours de match risque aussi de manquer des revenus cruciaux au cours des semaines et des mois à venir si les clubs n’interviennent pas. Selon des sources côté Cityzens, compte tenu de la taille et de la structure du City Football Group, la question est complexe et reste à l’examen.