Le peintre de Tamarin ne revisite pas la célèbre période. Non, avec Renaissance, Jean-Yves L’Onflé évoque plutôt une nouvelle expérience qu’il a voulu vivre. Celle qui consiste à offrir une autre vie, plus noble, aux détritus. En guise de support pour ses nouvelles peintures : des feuilles de tôle rouillées, de la résine, de la roche volcanique, entre autres.
Ces nouvelles créations seront exposées du 1er au 5 décembre à la galerie Nit à La Preneuse. Ce sera la deuxième exposition solo de l’artiste pédagogue.