Alors que Maurice s’apprête à devenir un véritable centre de connaissance dans la région, assurer la qualité de l’enseignement supérieur devient essentiel. Pour la première fois, la Tertiary Education Commission (TEC) organise la conférence de l’International Network for Quality Assurance Agencies in Higher Education à Maurice. Le but : discuter de la qualité de l’enseignement supérieur dans les institutions membres de ce réseau. « Nous devons nous assurer que nous offrons une éducation de qualité. Nous ne devons pas oublier que nous avons l’ambition de devenir un centre de connaissance dans la région. Et pour ce faire, nous devons nous concentrer sur la qualité.

De ce fait, nous lancerons la Quality Assurance Authority. À présent, ceci se fait par la TEC. À l’avenir, la TEC sera responsable de l’accréditation des cours et l’enregistrement des institutions et la Quality Assurance Authority se focalisera sur la qualité », a déclaré la ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun, jeudi matin lors du deuxième jour de la conférence de l’International Network for Quality Assurance Agencies in Higher Education (INQAAHE), qui se tient à l’hôtel Le Méridien, à Pointe-aux-Piments. Leela Devi Dookun a fait ressortir le problème de l’inadéquation entre la qualité des diplômes et la demande du marché. Et de souligner qu’auparavant, « un étudiant qui terminait ses études universitaires était presque sûr d’avoir un emploi, contrairement à aujourd’hui, où aller à l’université ne fait qu’augmenter ses chances d’avoir un emploi ». Parlant de l’INQAAHE, elle s’est réjoui que cette plateforme soit appropriée pour discuter des défis auxquels fait face Maurice et y trouver des solutions.