Deux styles, deux façons de percevoir la musique et pourtant deux sonorités dédiées à une même quête : celle de faire vibrer le public. Deux des nombreuses facettes de la musique réunionnaise réunies sur une même scène comme pour montrer la diversité musicale de l’île. Mission accomplie pour Tias et Kiltir, qui ont eu la lourde tâche de débuter la partie scénique du IOMMA.
Tias, dans un style posé, a offert au public éclectique un aperçu de son talent à travers une prestation bien maîtrisée, frisant la retenue. Avec son pop engagé issu des racines du maloya, Tias a offert trente minutes de ballade mélodique rythmée par une percussion déroutante. La voix suave de son chanteur a transporté un public conquis sur des morceaux taillés sur mesure pour son style. Un vrai bonheur pour ceux qui découvraient le groupe.
Ce moment de douceur mélodieuse a ensuite laissé place à la fougue du groupe Kiltir. À mi-chemin entre le théâtre et la musique, Kiltir a créé une sacrée ambiance dans le Musée Stella Matutina en à peine une demi-heure. Tout de blanc vêtus, les membres de cette formation ont livré une prestation à couper le souffle. Une énergie présente du début à la fin, personnifiée par son chanteur, qui était partout sur la scène et même dans le public. À la fin, il réussissait à faire se lever tout le public grâce à cette folle énergie accentuée par son groupe de percussionnistes aussi fous que lui. Leurs percussions traditionnelles, à l’instar du rouleur, du kailang, du sati et du piqueur, ont envahi la salle, conquise par cette prestation agressive mais ô combien plaisante.