Le dévoilement de la sculpture The Cave, réalisée par Zul Bin Idriss, le jeudi 19 avril au Morne, a été l’occasion d’un témoignage de la lutte et de l’effort de dignité des esclaves ayant participé à la construction de l’île Maurice à l’ère coloniale, et aussi d’un hommage à tous ceux qui, en ayant payé le prix de leur vie, ont tenu à résister à leurs maîtres, soit par le marronnage, soit par leur révolte.
Le dévoilement de cette sculpture, en présence du ministre des Arts et de la Culture, Mookhesswur Choonee, de celui des Collectivités locales, Hervé Aimée, et de Mathieu Laclé, président par intérim du Morne Heritage Trust Fund, a ainsi été moment riche en émotions.
Zul Bin Idriss a mis deux semaines à réaliser la sixième oeuvre représentant la Route des Esclaves, dont les travaux ont débuté en janvier 2006. Pour rappel, c’est le Mauricien J.M. Hotentote qui a eu l’honneur de réaliser la pièce maîtresse de ce parcours commémoratif, Escape. Ce fut ensuite au tour des artistes étrangers de réaliser leurs oeuvres, à commencer par Door to Liberty du sculpteur Fuma Courtis de l’île de La Réunion, suivi de la pièce Résistance, oeuvre de J. Rabemananiara de Madagascar.
En janvier 2010, Le Morne a accueilli la sculpture Down with Slavery du Mozambicain M. Munguambe. En décembre de la même année, N. Zhuang de la Chine nous a offert New Born et, l’année dernière, c’est le sculpteur indien Rajivanajan qui nous a présenté Flight to Freedom. Il ne reste plus que trois pièces, à être réalisées par les sculpteurs venant de Haïti, du Sénégal et de la France, avant que cet hommage aux esclaves ne soit complété.