La Saga de la Mauritius Institute of Training and Development (MITD) est loin d’être terminée avec le président de la MITD Employees Union et ancien Assistant Manager de cette institution, Hemandar Madhow, suspendu de ses fonctions depuis le 16 mai 2013 pour avoir fait des dénonciations à la presse, déclarant une “labour dispute” au niveau de la Commission de conciliation et médiation (CCM). Après avoir rejeté le dossier du syndicaliste dans un premier temps, le Pr Ved Prakash Torul, président de la CCM, a été appelé de « reconsider the dispute in lite » sur ordre de l’Employment Relations Tribunal (ERT). Mais dans la conjoncture, la Fédération des syndicats du service civil (FSSC), représentant Hemandar Madhow, réclame le retrait du président Torul dans cette affaire et accuse ce dernier de conflit d’intérêt.
Dans une missive adressée au Premier ministre Navin Ramgoolam en milieu de semaine, la FSSC donne le ton en dénonçant d’entrée de jeu que « the federation wishes to report the very unethical stand of Prof V. P Torul, President of the Commission for Conciliation and Mediation (CCM) regarding the case of Mr. Hemandar Kumar Madhow, Assistant Manager and President of the Mauritius Institute of Training and Development Employees Union. » Le signataire de cette lettre, soit le président Narendranath Gopee, avance que la “labour dispute” logée par Hemandar Madhow le 20 décembre 2013 à la CCM a été rejetée sur des raisons non fondées.
« The president of this instance, acting on his own opinion and judgment, duly rejected the report on unfounded grounds in breach of section 65 (3) de l’Employment Relations Act. Subsequently, Mr Madhow appealed against the rejection to the Employment Relations Tribunal (ERT) » dénonce la FFSC. Et d’ajouter que dans son jugement l’ERT a révoqué la décision du président de la CCM et « remitted the matter back to him to reconsider the dispute in lite. » La FSSC a également informé le Premier ministre qu’à la première séance, en date du 12 juin 2014, la fédération avait réclamé au Pr Ved Prakash Torul de se retirer de l’affaire sur un point de conflit d’intérêts et au “prejudgment” de l’affaire qui porterait atteinte à un procès équitable et impartial.
Mais la requête syndicale se serait heurtée à un refus du président de la CCM : « He rejected this plea on ground that he owns the prerogative to hear same. The ERT Judgment has also highlighted mishandling of the case by the CCM which endorses the conflicting stand of Prof. Torul » avance la FSSC. La fédération avance que ledit conflit d’intérêts est soutenu par le fait que le Pr Ved Prakash Torul a été « involved » dans une enquête sur les relations industrielles conflictuelles au niveau de la MITD et il était nommé comme président de la CCM par le ministre du travail d’alors, Vasant Bunwaree, qui est désormais le ministre de l’Éducation.
« This federation is further informed that within the precint of court jurisdiction same case/issue is not, on moral and ethical aspects, being taken by the same judge/magistrate. This contrasts with the unilateral decision of the President of the CCM to reject our plea and hence to keep his chair in any forthcoming hearing », poursuit Narendranath Gopee, président de la FFSC.
En guise de conclusion, la fédération réclame l’intervention du Premier ministre Navin Ramgoolam pour que ce dossier soit désormais sous la charge du Vice-Chairman de la CCM surtout compte tenu de l’importance de cette affaire et en vue de préserver l’image de l’institution. « This will help in a large way to remove all elements of biased ruling on the terms of the dispute », soutient le syndicaliste Narendranath Gopee. Affaire à suivre…