Cette semaine , le tandem Shailesh Ramdin- Paul Foo Kune a tenu en haleine le monde hippique mauricien. Tantôt alliés comme ces nouveaux mariés pour le bien et pour le pire, tantôt divorcés pour des raisons qui sont encore ignorées et finalement réconciliés sans doute pour des raisons que personne n’ose dire tout haut. Comme dirait l’autre, on y perd son latin et l’Anglais vous aurait dit: «It takes two to tango».
Et le moins que l’on puisse dire,c’est qu’esquisser des  pas de danse c’est définitivement pas le point fort de l’entraîneur et encore moins de son virevoltant  propriétaire. Au lieu d’entretenir les turfistes, ils les ont énervés, y compris parmi leurs fans les plus assidus. Le Mauritius Turf Club dans toute cette histoire,qui s’est vite transformée en saga, a montré—une fois n’est pas coutume—son ras le bol. Le board des commissaires administratifs présidé par Jeenarain Soobagrah, a fini par dire NON au retour des chevaux de Paul Foo Kune à l’écurie Shailesh Ramdin.
Chronologie ?des événements
Essayons de faire une petite chronologie des événements, qui se sont transformés en cascade en l’espace d’une semaine pour mieux comprendre la rupture du MTC avec Paul Foo Kune. Toute cette saga a commencé à partir du lundi 1er  juin lorsque Paul Foo Kune téléphona à un Commissaire des Courses, lui annonçant que Sherman Brown ne montera plus pour l’écurie Shailesh Ramdin. Le Commissaire en question lui fait comprendre qu’il n’est qu’un simple membre de cette écurie, et que c’est à l’entraîneur qu’incombe la responsabilité d’informer le Mauritius Turf Club de tout changement et de toute décision.
Ce même lundi 1er juin, le MTC prit contact avec Shailesh Ramdin pour savoir ce qu’il en retourne exactement. L’entraîneur nie catégoriquement d’avoir licencié Sherman Brown, qui selon lui, est toujours en poste. Selon les informations de Week-End, Sailesh Ramdin n’avait  pu élaborer car il serait au chevet de son père, Mahess, qui subissait une intervention chirurgicale.
«He is a true ?professionnal»
Vint le mardi 2 juin où Shailesh Ramdin et Sherman Brown sont convoqués à une enquête après l’entraînement matinal. Les Commissaires des Courses ne sont effectivement pas satisfaits de la monte du Sud-Africain sur Captain Firth dans la «Philippe Lagesse Cup». Après enquête, le jockey est sanctionné pour n’avoir pas monté à la satisfaction des Commissaires des Courses.Lors de l’enquête, Shailesh Ramdin, pour défendre Sherman Brown, déclare: «Sir, I think that Sherman Brown made an error of judgement. Since he is working for me, he has given me full satisfaction. He is a true professionnal and I badly need him for the rest of the season».
Avant de quitter la salle, les Commissaires lui demandent encore une fois si Sherman Brown continuera à monter pour lui. Ce à quoi, il a répondu par l’affirmative. Enervé par tout le buzz qu’il y a eu autour du départ de son jockey, Shailesh Ramdin quitte la salle sans cacher son énervement, et ne répond même pas aux questions des journalistes sur le sujet.
24 heures après, soit le mercredi 3 juin, nous apprenons que Shailesh Ramdin ne veut plus être le dindon de la farce et fait comprendre à Paul Foo Kune qu’il peut prendre ses chevaux et partir. L’association Shailesh Ramdin et Paul Foo Kune est terminée et elle fait la une  de  la presse tant écrite  que parlée.
Le matin du jeudi 4 juin, la longue conversation entre Paul Foo Kune et  l’entraîneur Alain Perdrau dans le paddock ne passe pas inaperçue. Les informations disent que le premier nommé aurait négocié un arrangement avec Alain Perdrau pour qu’il prenne Love Struck et qu’il l’entraîne en vue de la Barbé Cup. Quid des autres chevaux? Les informations affirment que certains seront vendus, d’autres retourneront en Afrique du Sud disent ses plus proches lieutenants.
Enter un propriétaire-directeur de magazine
On est toujours mercredi et peu avant le tirage au sort, un propriétaire de Jean Michel Henry, maintenant chez Alain Perdrau , qui est également le directeur d’un magazine, propose à Paul Foo Kune de lui acheter deux chevaux, à savoir Ek Tha Tiger et Roving Consort. Il lui tend même Rs 50,000 dans une enveloppe et le directeur du magazine promet de lui donner Rs 150,000 dans l’après midi. Rusé comme il est, Paul Foo Kune refuse cette offre aussi soudaine qu’imprévue, car, dit-il, ces deux chevaux valent beaucoup plus.
Le vendredi 5 juin,une réunion d’urgence est annoncée  à l’écurie Alain Perdrau. Le propriétaire et grand ami de Paul Foo Kune, Gavin Glover, a été vu se diriger  vers son écurie d’un pas très pressé, accompagné de deux personnes. Paul Foo Kune les rejoindra par la suite. Très vite dans les coulisses du Champ de Mars, on parle qu’un ‘deal’ Perdrau-Foo Kune est en gestation et que sa conclusion est imminente.  Mais le même jour, l’entraîneur Ramapatee Gujadhur prend contact avec Paul Foo Kune et lui achète trois chevaux: Roman Manner, Dustan et Valere.
Rs 2m pour Roman Manner ?
Les mauvaises langues prétendent que le premier nommé a été acheté pour Rs 2 millions. Mais, disons tout de suite que ce n’est que de la mauvaise langue et qu’à Week-End, nous n’avons eu aucune confirmation de ce chiffre, malgré nos tentatives auprès de ceux concernés. Tout est finalisé dans la soirée de vendredi et le MTC a été informé dans la foulée. Le transfert de Love Struck chez Alain Perdrau est également confirmé et le papier est même régularisé, et le cheval transféré.
Dans la même soirée, d’autres entraîneurs contactent Paul Foo Kune, dont Ricky Maingard, qui veut, lui, acheter Polar Palace, une nouvelle unité n’ayant pas encore fait ses débuts au Champ de Mars.
A ce rythme et avec son flair des affaires, Paul Foo Kune se rend alors compte qu’il peut faire de bonnes affaires avec la vente de ses chevaux. Dans une interview accordée à un quotidien du matin Paul Foo Kune y va de sa petite histoire sur les prises de contact des entraîneurs pour faire l’acquisition de ses chevaux. Il ira même jusqu’à affirmer que Gilbert Rousset a été  le seul à ne pas l’avoir approché pour conclure un achat.
PFK ne répond ?pas au téléphone
Toutefois, Week End est en mesure de dire que tel n’est pas le cas. Une offre  de quelque  Rs 200,000 lui avait été proposée pour l’achat de Rum Tum Tugger. Le deal, selon nos informations, était semble-t-il conclu. Sauf que Paul Foo Kune n’est  jamais venu chercher son chèque et qu’il ne répondra pas aux appels téléphoniques de l’entourage de  Gilbert Rousset. L’achat de Rum Tum Tugger tomba alors à l’eau et ce n’est que plus tard qu’on saura le pourquoi de cette décision.
Comme les nouvelles vont vite au Champ de Mars, Alain Perdrau est mis au parfum des ventes qui sont en cours quasiment dans son dos. L’entraîneur se renseigne, sur le champ, dit-on auprès du principal concerné, c’est-à-dire Paul Foo Kune. Ce dernier   lui dit de “put on hold” le ‘deal’, conclu sous la supervision de Gavin Glover. Mais comme Alain Perdrau n’est pas né de la dernière pluie, sans même se poser la moindre question, il met fin au ‘deal’. «Prend to Love Struck et tous to souval, bez f… allé,» a-t-on entendu.  Renvoi sine die des discussions Perdrau-Foo Kune.
Il va sans dire qu’à force de jouer au plus  fin, au plus malin, voire au plus rusé, Paul Foo Kune se retrouve sur le pavé. Il donne une interview à un quotidien du matin, en disant qu’il se retire du monde hippique mauricien. Comme il fallait s’y attendre, la nouvelle est reprise toute la journée par une radio privée, qui entre tête baissée dans cette arnaque digne des nuits romaines au temps de César.
Buying time
D’autant plus que dans la même interview, invité à préciser s’il compte retourner un jour dans le giron hippique, Paul Foo Kune devait répondre: « Pas de sitôt. La plaie prendra du temps pour se cicatriser. Au fait, l’énigmatique Paul Foo Kune avait bien caché son jeu. «He was simply just buying time », car le lundi 8 juin, il tente un dernier forcing en sollicitant l’aide de certains politiciens qu’il a aidés lors de la dernière campagne électorale. Ces derniers contactent même certaines personnes d’une instance régulatrice pour que Paul Foo Kune puisse rester dans le giron. Cette fois,  la tentative s’est avérée être un échec, les personnes qui ont été constactées par les politiciens ne veulent pas se mouiller, sans doute avec la peur de s’attirer la colère du Premier ministre, Sir Anerood Jugnauth.
Dans la soirée de lundi toujours,  d’autres tractations sont faites, notamment pour trouver un terrain d’entente avec… Shailesh Ramdin. Paul Foo Kune se dit disposé de retourner au bercail, la queue entre les jambes, acceptant les nouvelles conditions imposées par Shailesh Ramdin, dont nous ignorons encore le contenu. Le pacte est donc conclu.
«Ki to croire bazar Port Louis ici !»
Le mardi 9 juin, Shailesh Ramdin et Paul Foo Kune sont vus côte à côte au training du matin, et le premier nommé rencontre même le Chief Stipe Stéphan de Chalain pour lui annoncer officiellement la nouvelle. C’est l’étonnement au sein du MTC, qui saisit la balle au bond pour refuser la réintégration de Paul Foo Kune à l’écurie Shailesh Ramdin. Pas question et Jeenarain Soobagrah prend même le soin de faire comprendre sa position à Shailesh Ramdin. «Ki to croire bazar Port Louis ici!» aurait lancé le président du MTC à l’entraîneur. Tous les chevaux de Paul Foo Kune entrés pour courir lors de la 11e journée d’hier, sont immédiatement retirés.  Shailesh Ramdin et Paul Foo Kune n’en reviennent pas. Sans doute, ils ne s’attendaient pas à une telle réaction du MTC.
Le programme officiel n’est pas encore sorti jeudi 11 juin  que les turfistes apprennent que l’écurie Gujadhur a fait l’acquisition de quatre autres chevaux de Paul Foo Kune, à savoir Ryder Cup, Ek Tha Tiger, Yoda Man et Mount Hillaby. Ricky Maingard se met aussi de la partie et achète le nouveau First Flight et Rum Tum Tugger, que Paul Foo Kune avait accepté préalablement de vendre à Gilbert Rousset. Patrick Merven a, lui, fait l’acquisition d’Eagle Award et Lake Geneva. Ce qui fait que Paul Foo Kune ne reste plus que quatorze chevaux dont les papiers de vente ont déjà été signés par Shailesh Ramdin en attendant de trouver preneur.
Toutes ces informations ont été confirmées par nul autre que Shailesh Ramdin lors d’une réunion avec le Board des Administrateurs. Aussitôt la nouvelle publiée sur le site du MTC que Paul Foo Kune a fait servir une mise en demeure au MTC. Au vu de la tournure des événements, il n’était un secret pour personne que le seul recours de Paul Foo Kune était de faire appel à la justice.
La saga Paul Foo Fune, le nouveau SDF du Champ de Mars, est loin d’être terminée et les semaines qui vont suivre apporteront sans aucun doute son lot de rebondissements avec cette fois une guerre ouverte devant la justice.