Iqbal Sheik Abbas, président de l’UBSEU (troisième à partir de la gauche)

L’Association des travailleurs transport autobus, l’United Bus Service Employees Union (UBSEU) et la Bus Industry Traffic Officer Union ont, lors d’un point de presse, lancé un appel au gouvernement pour que la Smart Card ne devienne pas une menace pour les contrôleurs. Iqbal Sheik Abbas, président de l’UBSEU, parle d’une « grosse inquiétude de perte d’emploi ».

Iqbal Sheik Abbas a malgré tout remercié le gouvernement pour l’introduction de la Smart Card dans les bus. « C’est une annonce que nous accueillons favorablement en vue de réduire le nombre de vols sans les bus », indique-t-il. Néanmoins, il explique que les contrôleurs font face à « une situation bien difficile », surtout depuis que Nando Bodha a annoncé qu’avec le métro, le nombre de bus ira en diminuant. « Notre inquiétude est que cette décision soit né- faste aux contrôleurs et qu’à la longue, on n’ait plus de travail. O non bann kontroler, nu santi nu bien menase. Avec l’introduction de la Smart Card, le gouvernement doit nous assurer qu’il n’y aura pas de perte d’emploi. » À ce jour, 650 contrôleurs sont en poste à travers l’île. « Le travail d’un contrôleur est sacré. Nu pas zis tay kart, nu asir sekirite bann pasaze. »

Sur le volet des agressions, Iqbal Sheik Abbas remercie le gouvernement d’avoir réintroduit la police du transport, qui fait un travail « remarquable », dit-il. « Polis transpor inn bien elarzi so presans lor bann lagar e dan bann plas nevralzik. Avec les nouvelles lois en vigueur, une des priorités est de s’assurer de la sécurité des passagers. » Le président de l’UBSEU souhaite rencontrer le ministre Bodha pour évoquer ce sujet. « On a une idée pour diminuer le nombre de vols et d’agressions dans les bus. »