« J’ai prêté serment with a heavy heart », a déclaré ce matin Maneesh Gobin, qui a prêté serment comme ministre de la Justice et Attorney General devant la présidente de la République Ameenah Gurib-Fakim à la State House.
Il succède à Ravi Yerrigadoo qui a été invité par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, à soumettre sa démission dans le sillage de l’affaire BET 365, quitte à reprendre son poste après avoir blanchi sa réputation.
Dans sa déclaration à la presse ce matin, Maneesh Gobin a exprimé sa reconnaissance au Premier ministre de lui avoir fait confiance pour occuper la fonction ministérielle dans des circonstances particulières. « Il faut assurer la permanence de l’État », a-t-il fait comprendre.
La cérémonie organisée ce matin à la State House n’a duré que le temps de la prestation de serment de Maneesh Gobin en présence des membres du gouvernement et de son épouse. La seule fausse note a été la mauvaise qualité du son qui a quelque peu dénaturé l’hymne national. Certains invités se sont demandé ce matin pourquoi les autorités compétentes ne profitent pas de la célébration du 50e anniversaire de l’Indépendance pour réaliser un nouvel enregistrement de l’hymne national avec l’aide d’une chorale professionnelle qui pourrait, en même temps, encourager les Mauriciens à entonné l’hymne nationale à chaque fois qu’il se fait entendre.
La cérémonie de prestation de serment a été suivie de la traditionnelle photo des membres du gouvernement autour du Premier ministre et de la présidente de la République. Pravind Jugnauth et la Speaker de l’Assemblée nationale, Maya Hanoomanjee, ont eu une longue conversation durant laquelle la nomination d’un nouveau Chief Whip pour remplacer Maneesh Gobin a été évoquée. Après Mahen Jhugroo, c’est la deuxième fois qu’un Chief Whip se voit promu ministre depuis l’arrivée du nouveau gouvernement au pouvoir en 2014.
Interrogé par la presse après la cérémonie, le ministre mentor, sir Anerood Jugnauth, a observé que le gouvernement continue à faire son travail. Il a estimé que « s’il y a un peu de vérité dans ce que rapporte la presse, il y a beaucoup de choses qui sont ajoutées ». Il considère que ce qui s’est passé ne fragilise nullement le gouvernement.