Une ambiance d’élections générales a donné le ton de la campagne du Remake 2000 hier soir à La Tour-Koenig, dans le Ward 1 de Port-Louis qui a vu le coup d’envoi dans le cadre des municipales du 9 novembre. La présence des deux leaders et l’adhésion de la foule à leurs interventions, axées sur des enjeux nationaux, ont donné à ce rassemblement une dimension qui a dépassé la simple réunion de proximité. Paul Bérenger a égrené une liste de « scandales » qui minent le pays, menaçant de venir avec d’autres PNQ au Parlement bientôt. Alors que pour sir Anerood Jugnauth, « pei la telma pouri ki nou pa mem bizin fer kanpayn. Lepep pou vot pou sanzman. » Et de prévoir : « Si zot gayn bate toufe eleksion zeneral oblize vini. Deziem etap nou baley gouvernma central. »
Le Remake 2000 a présenté hier soir ses neuf candidats pour les Wards 1,2 et 3 de Port-Louis. Ceux du premier arrondissement sont : Kissan Servansingh (MSM), Daniel Augustin (MMM) et Dorine Chukowry (MMM). Paul Bérenger a remercié les candidats pour leur engagement et a dit la fierté de l’alliance MMM/MSM d’avoir aligner 34 femmes pour ces élections, un fait « sans précédent » car ce chiffre, dit-il, dépasse le seuil de 30 recommandé par la Local Government Act réformée. Il a salué l’esprit de sacrifice des militants qui n’ont pas eu d’investiture. « Li pa ti fasil me nou finn resi prezant enn lekip formidab. Enn bon melanz kot tou dimounn reprezante ; boukou zenn me osi bann veteran. » Et si la nouvelle loi ne donne pas droit à un député de se présenter comme candidat à des municipales « se parski zot per » la force de l’opposition dans les villes. « Si pa ti met presion zot ranvoy eleksion enn troiziem fwa. »
L’alliance au pouvoir « inn pouri tou le 5 minisipalite », fustige-t-il. « Skandal lor skandal. Nou met PNQ, cover-up toufe enn apre lot. MITD, Gros Dereck — enn ti pwason sa, gro rekin pa pe gaynye —, dan lepor 22 ka frod. Abe zot pou kone-la, PNQ pe vini lor Bhangaleea ! » Même Navin Ramgoolam, dit-il, « plaide coupable en concédant qu’il faut procéder à un nettoyage ». Paul Bérenger, qui est d’avis que « personn pa konn listwar Parti travailliste mie ki mwa », a déploré qu’alors qu’« Anquetil inn mor dan lamizer nwar, ti pe manz dipin gato pima », le parti de Curé, Rozemont et de ses autres pères fondateurs accueille aujourd’hui « bann dimounn kouma Ah-Fat ek Joomun à bras ouverts ».
Quant au Budget, « se enn flop total » qui ne mérite pas, selon lui, d’être pris au sérieux. « The Economist inn boufonn li ». Et de prévenir : « Marke garde, apre eleksion pri lesans ek diesel, lafarinn ek diri pou ogmante. » D’où l’importance des présentes élections au niveau national.
SAJ s’est, lui, attardé sur l’histoire du Ptr post-indépendance. « SSR mo rekonet inn fer kitsoz de bon, me pli inportan se kouma zot ti zer lekonomi pei. Kot zot inn pran pei inn amen li en 82 ; larzan ti devalye par 50 %, manze pa ti ena ; FMI, Bank mondial ti poz kondisyon demantelman Welfare State. » L’ancien PM et président a regretté que les progrès économiques accomplis après son leadership à partir de 82 soient perdus par « une mauvaise gestion, des scandales financiers et des fléaux comme la drogue et la corruption ». Ce n’est pas sur une culture électoraliste de création d’emplois fictifs et non-productifs que l’on bâtit l’économie d’un pays, a déclaré SAJ. « Pei finn degringole. Après 82 nous avons su diversifier l’économie alors que le gouvernement de Navin Ramgoolam, lui, n’a créé aucun nouveau pôle d’investissement ni n’a su garder les autres secteurs en bonne santé. » Sir Anerood dit constater un vent de panique chez l’Alliance au pouvoir. « Ptr inn koumans menas nou bann aktivis. Zame nou finn servi intimidasyon, aste dimounn, donn job. » Après les municipales, une deuxième mission attend le Remake 2000, dit-il : « Balayer le gouvernement central et remettre le pays sur la voie du progrès. »
La réunion était présidée par Jean-Claude Barbier. Les autres intervenants étaient Veda Baloomoody, Pravind Jugnauth et Reza Uteem.