Lors du congrès du Mouvement Socialiste Militant (MSM) hier dans le N°1 à La Tour-Koenig, Pravind Jugnauth et sir Anerood Jugnauth ont été les deux principaux intervenants. Le leader du parti soleil a notamment parlé du Best Loser System alors que SAJ s’est appesanti sur le problème de la drogue.
Le leader du Mouvement Socialiste Militant (MSM) Pravind Jugnauth a affirmé hier, lors du congrès de son parti à La Tour-Koenig (circonscription N°1), que la réforme électorale doit être faite mais n’est pas la priorité des priorités. « Bokou dimounn dir ki li pa korek pou dir so kominote… Mwa osi mo pa trouv sa korek », a-t-il souligné. L’ancien vice-Premier ministre a toutefois lancé une mise en garde en disant que « quoi que nous puissions dire sur le Best Loser System, il a contribué à garder une harmonie sociale dans le pays ». Il a toutefois fait comprendre qu’il faudra un jour ou l’autre le faire disparaître.
Pravind Jugnauth est d’avis que ce système est « un acquis » pour les minorités visibles. « Sirtou pou bann sino-morisien, popilasyon zeneral ek musulman… Si ena enn dezekilib, Best Loser kapav amenn stabilite », a-t-il dit. Selon lui, il faut arrêter l’hypocrisie sur le communautarisme social car sinon il faut arrêter de mettre trois musulmans pour les élections générales à Plaine-Verte et trois hindous à Triolet.
Le leader du MSM a également survolé l’actualité avec notamment le réseau de drogue présumé de Rudolf Dereck Jean-Jacques (alias Gros Dereck). « Ashish Dayal est un grand agent de Nita Deerpalsing. Du coup on se demande avec quel argent ils ont fait campagne », a-t-il lancé. L’ancien Grand argentier a déclaré qu’il y a sans nul doute l’implication d’une personne dans le gouvernement mais que « malheureusement la police n’enquêtera jamais dans ce sens ». « C’est la même chose pour l’outrage à la Cour que le président de l’Employment Relation Tribunal a demandé contre Nita Deerpalsing. Le DPP n’a rien fait », a-t-il soutenu.
Sir Anerood Jugnauth a ensuite pris la parole en disant que le peuple demande du changement. Il a notamment parlé de l’absence du chef du gouvernement à la conférence de Maputo. « Si nous étions dans un autre pays, une vraie démocratie, Navin Ramgoolam aurait déjà dû démissionner en tant que Premier ministre », a-t-il expliqué. Selon l’ancien Président de la République, Navin Ramgoolam n’est pas un exemple à suivre malgré le dicton « l’exemple vient d’en haut ». Il a fait comprendre que quand on est un homme public on n’a pas de vie privée. « Nou enn pep admirab… Pou bokou moin ena dirizan inn bizin aler », a ajouté SAJ.
Le leader du Remake 2000 a déclaré que le gouvernement essaye en vain de persuader la population que l’économie va bien. « Me si tou korek kouma zot pe dir. kifer kan koz konpansasion zot koumans dir pa kapav ? Ki pa kapav ? Tou pa korek ? », a lancé SAJ. L’ancien Président se demande comment le taux de criminalité peut baisser alors qu’il y a tous les jours des crimes. « Monn tann dir ena plizier cartel ladrog aster… Sakenn inn pran enn rezion kouma dir sakenn ena so royom aster ek zot vinn dir kriminalite inn baisser », a-t-il soutenu. SAJ a également parlé du projet de métro léger en disant qu’aucune étude n’a été faite pour savoir si ce projet d’environ Rs 30 milliards est viable.