Concert symphonique avec l’Orchestre régional symphonique de la Réunion, un concours et défilé de mode, un bal costumé « Années 20 » : il y en aura pour tous les goûts. Voici, avec un peu d’avance, un des temps forts de ce festival: La Traviata de Guiseppe Verdi, dont la première est prévue le vendredi 14 septembre à 20h au MGI à Moka.
On prend les meilleurs et on recommence. Le chef d’orchestre Martin Wettges sera au rendez-vous. Il y aura aussi les Choeurs d’Opera Mauritius dirigés par la soprano Katrin Caine. La mise en scène est signée Ludivine Petit et Gérard Sullivan. Dans la distribution, Véronique Zuël-Bungaroo, soprano, campera le célèbre rôle de Violetta Valery. Elle aura à ses côtés Katrin Caine, Sandrina Thomas-Herchenroder, Francisco Petrozzi. A signaler que le livret de La Traviata étant en italien, l’opéra sera surtitré en français pour rendre l’art lyrique accessible à un plus grand nombre. Si Carmen avait attiré un public de tous âges l’an dernier, le grand public mauricien est peut-être moins familier à l’opéra La Traviata. Voici quelques repères pour mieux comprendre l’oeuvre de Guiseppe Verdi. La Traviata trouve son origine dans l’oeuvre de Alexandre Dumas fils La Dame aux Camélias. Le livre, paru en 1852, a été adapté par son auteur en 1852. Verdi, qui a assisté à la représentation de la pièce, en est séduit. L’histoire lui rappelant sa propre liaison avec la soprano Guiseppina Strepponi. En bref, La Dame aux Camélias raconte l’histoire d’amour entre la courtisane Marguerite Gaulthier et le jeune Armand Duval pour qui l’héroïne renoncera à la vie mondaine. Mais le drame surviendra lorsque le père d’Armand réussira à séparer les amants. Pour ce qui est de l’opéra, nous nous référons à la documentation de Mauritius Opera.