Pendant six semaines, le village intégré de La Valette, à Bambous, a fait l’objet d’une enquête sociale dont les données ont été compilées dans un rapport intitulé « La Valette, Évaluation sociologique d’une expérience de réintégration sociale ». Le document, qui présente des éléments informatifs, a été lancé cette semaine et présenté au nouveau ministre de l’Intégration Sociale, Suren Dayal. L’initiative revient à Alternet, société de consultance engagée dans la recherche. Alternet, précise son directeur associé et consultant, Jean-Claude Lau, a entièrement financé ce projet. Autre précision d’Alternet, est que la démarche de la société est apolitique. En effet, Lindsay Morvan, un des directeurs de la compagnie est aussi directeur de communication et membre du PMSD, dont le leader, Xavier Duval, a été ministre de l’Intégration Sociale. La National Empowerment Foundation, qui a piloté le projet du village intégré et qui assure toujours une présence là-bas, opère sous la tutelle de ce ministère. Pour des raisons politiques, Lindsay Morvan affirme qu’il n’a pas souhaité être étroitement associé aux recherches menées par Alternet à La Valette. « La Valette, Évaluation sociologique d’une expérience de réintégration sociale », dit-il, reste un rapport indépendant. Jean-Claude Lau et Lindsay Morvan expliquent que l’objectif de cette enquête est de présenter un audit social de La Valette. Le village étant une expérience novatrice en matière de logement social, une évaluation s’avérait, disent-ils, appropriée, d’autant que d’autres projets emboîteront le pas à La Valette. Douze enquêteurs ont été mobilisés sur le terrain et ont interrogé les familles bénéficiaires du projet sur différents aspects concernant leur vie à La Valette. Notamment, les problèmes auxquels elles font face, leur avis sur le contrat social, etc… Et à l’issue de l’enquête menée, Alternet arrive à la conclusion que « la création de village isolé » provoque le déracinement des bénéficiaires : « La principale faiblesse vient de l’approche «déplacement» des populations vulnérables : l’empowerment ne peut se faire que sur la base de et avec ce qui existe déjà. Une deuxième faiblesse est de ne pas avoir pris en considération les différences sociologiques entre les deux batch de population. Le dernier consiste à extraire les personnes de leur contexte social et économique. » Pour Alternet, avec son contenu en données, « La Valette, Évaluation sociologique d’une expérience de réintégration sociale », est un outil qui pourrait intéresser ceux qui sont investis dans le travail social.