Prakash Rangloll, dit Bats, est un enfant de la mer qui veut voguer sur les vagues de l’authenticité et préserver le souvenir au-dessus des flots. Skipper professionnel engagé dans le tourisme, il poursuivra ses activités sur une très grande pirogue qui reprend les plans d’embarcations traditionnelles. Après un an de travail, La Voile du Soleil mouille dans les eaux de Flic en Flac, en attendant son baptême.
Dans pas longtemps, la marée se retirera et laissera sur la plage une dentelle d’algues vertes charriées par les vagues. Cet incessant va-et-vient fait danser les embarcations amarrées presque en face du jardin d’enfants. Plusieurs modèles tanguent au même rythme, en attendant l’arrivée des excursionnistes ou des pêcheurs. Ce sont les activités principales auxquelles sont destinés ces pirogues et hors-bords (speedboats).
Depuis quelque temps, un élément supplémentaire est venu s’ajouter à la vue. Sa présence imposante retient forcément l’attention. Mais ce n’est pas uniquement pour cette raison que Prakash Rangloll ne quitte pas La Voile du Soleil des yeux. Cette pirogue à la coque blanche, cernée d’une bande représentant le quadricolore, est sa nouvelle fierté. “C’est exactement ce dont je rêvais. Je voulais qu’il y ait ici une pirogue traditionnelle comme celles qui j’ai connues pendant mon enfance. Ce type d’embarcations se fait de plus en plus rare et je voulais préserver le souvenir”, confie l’homme de mer, assis sur l’un des trolleys posés sur la plage.