Si la veille l’écurie Merven avait volé la vedette, c’est l’écurie Rousset qui fit parler la poudre le lendemain avec Rear Admiral, Aspen Emperor et Albert Mooney. C’est sans doute la victoire du dernier nommé qui a retenu l’attention alors même qu’il était à son premier essai au plus haut niveau. Avec 4 victoires, dont les deux épreuves phares et 3 deuxièmes places, l’écurie Rousset a été la grande bénéficiaire de ce week-end et précise plus que jamais ses intentions dans la quête d’un cinquième titre de champion. Cette journée dominicale a aussi vu Sean Veale et l’écurie Allet débloquer leur compteur avec Friday Lunch Club qui s’est imposé dans l’épreuve d’ouverture. Mais ce qui a sans doute marqué les esprits dimanche dernier, c’est la victoire spectaculaire de Pierneef qui s’est imposé d’entrée dans la cinquième épreuve et dont la cote est passé de 49/1 à 11/2 en l’espace de quelques heures.
S’il est vrai qu’il n’eut pas eu à forcer son talent pour se défaire de la concurrence qui lui fut proposée lors de la quatrième journee, force est constater que ce fut une opposition d’un tout autre accabit que le champion de l’écurie Rousset défia dimanche dernier. Profitant du fait qu’il recevait du poids de la majorité de ses rivaux, le fils de Captain Al a passé avec brio ce premier test au plus haut niveau à la grande joie de son entourage.
Terminator pointa quelque peu à l’ouverture des boîtes, ce dont en profita Albert Mooney pour prendre la direction des opérations après cent mètres de course. Terminator vint se porter sur son arrière-main avec en troisième position Love Struck qui précéda Vettel, à deux longueurs on retrouva Liquid Motion qui lui-même relégua Tales Of Bravery à deux longueurs tandis que Polar Bound, Bulsara, Silver Flyer et Rudi Rocks constituèrent le reste du champ.
Albert Mooney lança l’épreuve sur des bases assez élevées et on eut droit à pratiquement au même scénario de la veille avec le peloton coupé en deux. Si Love Struck, Liquid Motion et Vettel restèrent au contact du meneur, en revanche le second peloton emmené par Tales Of Bravery, se retrouva à environ 5L de la doublure de l’écurie Gujadhur au bas de la descente alors que Bulsara fut encore plus décroché.
Comme pour démontrer qu’il n’était pas venu pour faire de la figuration, Albert Mooney haussa les enchères dans la derniere courbe pour se débarrasser de Terminator qui dut s’avouer vaincu après avoir fait toute la course le nez au vent. Entre-temps, Tales Of Bravery s’était quelque peu rapproché, emmenant dans son sillage Bulsara et consorts.
Albert Mooney entama la dernière ligne droite avec de solides prétentions d’autant que Love Struck et Liquid Motion, les mieux placés pour l’inquiéter, furent incapables de passer à la vitesse supérieure. Le pensionnaire de l’écurie Rousset fut donc le seul maître de son destin mais devait raccourcir ses foulées à mi-ligne droite sans doute en raison du fait qu’il était parti sur des bases trop élevées dans la partie initiale. Sentant que le coup était jouable, Robbie Burke lança Tales Of Bravery qui grapilla du terrain à vue d’oeil. Mais sous l’impulsion de Geroudis, Albert Mooney trouva les ressources supplémentaires pour contrer la belle fin de course du crack de l’écurie Maingard qui n’échoua finalement qu’à 0,15L alors qu’il lui rendait pas moins de 5kg. Longtemps aperçu dans les derniers rangs, Bulsara fut également l’auteur d’un eye-catching run pour prendre le deuxième accessit devant Liquid Motion qui compléta le quartet. Si Albert Mooney boucla les 1500m dans l’excellent temps de 1.29.81, d’aucuns affirment que ce sera une tout autre paire de manches pour lui dans le Barbé le 1er juin prochain, à plus forte raison à poids d’âge.