« Lève-toi pour ta dignité. » C’est autour de ce thème évangélique que l’abbé Alain Romaine a articulé hier son homélie à l’occasion de la messe célébrée par Mgr Maurice Piat, évêque de Port-Louis, à La Gaulette pour commémorer l’abolition de l’esclavage.
Cette célébration était cette année l’aboutissement de plusieurs semaines de travail durant lesquelles les membres du Comité diocésain 1er février ont eu plusieurs réunions de réflexion avec les habitants du monde, descendant des esclaves, et qui ont séjourné sur place afin de mieux accompagner les groupes de réflexion dans leur travail.
Comme l’a expliqué l’abbé Alain Romaine, l’évangile a invité tous ceux qui se sentent écrasés à lever la main et à lever la tête. Selon lui, l’esclavage bien qu’étant aboli perdure sous d’autres formes dans le corps et dans l’âme d’une section de la population à travers les injustices sociales.
La Commission Justice et Vérité vient établir cela dans les faits de manière scientifique à travers son rapport. Elle souligne qu’une section de la population continue à être victime de l’inégalité sociale et de la discrimination de nature raciste et préconise ce qu’on appelle la « restorative justice ». Le rapport de la CJV consacre d’ailleurs une quinzaine des 290 recommandations au village Le Morne et ses habitants. Plusieurs représentants du village ont apporté hier leur témoignage et fait des propositions concernant leur village.
Il a été reproché au Morne Trust Fund de ne pas faire grand-chose pour les habitants du village. De plus, un seul membre de ce comité est un descendant d’esclave, a fait ressortir un intervenant. L’abbé Alain Romaine a expliqué que le Comité diocésain 1er février a décidé de vulgariser le rapport de la CJV, surtout sur les questions concernant les habitants du village du Morne et des environs avec la publication d’une fascicule.
Pour l’abbé Alain Romaine, les enfants du Morne est un baromètre à partir duquel l’avenir jugera du progrès accompli par la communauté créole ; on mesurera ainsi leur place sur la carte sociale de Maurice. Il a invité les uns et les autres à sortir de la dépendance et d’adopter une vision de libération en ayant confiance en leur capacité.