Bien sûr qu’il a raison Ramgoolam. Il n’a commis aucune faute, Khamajeet, n’est-ce pas ?
Pauvre Khamajeet – vilipendé, accusé, bousculé par ses mandants ; puis dans la foulée, par la presse aussi, et l’opinion publique – tout ça pour un ‘sans-faute’(dixit le PM), d’un soir… d’une nuit d’été…
Une ironie de ma part ? Comment oserais-je.. ? Voyons en clair.
Qui ne sait pas que tout ce que Khamajeet a dit est vrai ? – c. à. d. que le Parti au pouvoir aurait concocté un dispositif gouvernemental afin de pouvoir recruter des partisans travaillistes (donc aux dépens des autres Mauriciens ?), au nez et à la barbe des « Service Commissions » et de la Constitution du pays. Et ce, grâce à ce qu’on peut appeler un grotesque « colourable device » mis en place!
Ainsi, si faute il y a, c’est bien celle du Chef de Clan, pour avoir « condoned » ce détournement de la démocratie, cette faute-mère des recrutements viciés à venir. Accessoirement, Khamajeet y a peut-être contribué mais en second rang, en votant et en proposant d’utiliser ce vil « colourable device ». Qui est aujourd’hui légal, jusqu’à ce qu’il soit décrété nul et non avenu, car ANTI-CONSTITUTIONNEL.
Même naïf, il a dit vrai, Khamajeet. Pas vrai ?
Cela me rappelle le tristement mémorable aveu de Choonee à propos de la préséance d’une caste, en droit, au gouvernement en place. ‘Condoning’ Ramgoolam lui avait aussi trouvé un ‘sans-faute’, bien que le verbe de Choonee fut une entorse majeure à l’égalité démocratique prônée par la Constitution. Choonee, de même, avait parlé vrai.
On pourrait donc paraphraser un fameux dicton ainsi : A Maurice, on est tous « Égaux », même si certains sont « Plus Égaux » que les autres.
Mais la question centrale demeure : c’est qui le ‘Fauteur’ principal de ces travers machiavéliques ?
Qui ?