Le leader du MSM, Pravind Jugnauth est catégorique : sa charge formelle dans l’affaire du rachat de la clinique Med-Point par l’État intervient à un moment crucial. Selon lui, la charge logée contre lui est le résultat d’un « calcul » et d’une « machination purement politique » avec « à la tête, Navin Ramgoolam. » Clamant son innocence, Pravind Jugnauth déclare qu’il demandera un « early hearing » et fera de sorte que Navin Ramgoolam se produise en Cour. C’est en ces termes qu’il a qualifié sa charge formelle, lors de sa conférence de presse, hier à la mi-journée. Il a, par ailleurs, commenté les frasques du D.Y Patil Medical College à Ébène.
Pravind Jugnauth n’en démord pas et estime que le motif est purement « politique, calculé et plannifié. » « Pe essaye fer diktat politique avek mwa ek mo parti. Navin Ramgoolam pe kontigne dan so machination politik ek servi bann institutions kuma enn instriman politik. »
Soutenant que la population se rappellera de son arrestation et de la charge provisoire logée contre lui avant même qu’il ne soit entendu, Pravind Jugnauth affirme qu’il est probablement le seul à être sous le coup d’une telle charge depuis septembre 2011. « 30 mois apre, dan context politik bien specifik, Navin Ramgoolam, ki en fin de regne, arriv avek sa. Se enn machination politik, enn vendetta! », dit-il. Il rappelle, de ce fait, que l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) n’a, à aucun moment, trouvé bon d’interroger le Dr Rashid Bebeejaun. Pravind Jugnauth poursuit en affirmant que le Dr Bebeejaun a été présent au Conseil des ministres (ce qui n’était pas son cas) durant la discussion du rachat et que, contrairement à lui, n’a pas déclaré ses intérêts. « Pou mwa, sa enn preuve accablante. Li importan pou noter ki Rajesh Jeetah ti fini diskit avek Dr Malhotra avan mem ki lance tender », dit-il.
Pravind Jugnauth rappelle aussi que, depuis, son combat se résume à rendre publiques tout document et toute information sur l’hôpital de gériatrie. Mais que le bureau du Premier ministre lui en avait refusé l’accès : « Mone bizin rent case la Cour supreme. Penkor ena enn final judgement. Case enkor divan la Cour. Mo mem penkor complet mo defense statement. »
Dans le même ordre d’idées, le leader du MSM déclare qu’il n’a, toutefois, pas encore reçu de documents officiels quant à sa charge formelle et que c’est par le biais des journalistes qu’il a appris la nouvelle. « Se revolatn ek mo pena narnien a repros mwa. Se enn vendetta! » Et de poursuivre : « Mo pou convoque Navin dans sa case-là. La verité bizin sorti! »
Dans un autre volet de sa conférence de presse, Pravind Jugnauth a déclaré que la ministre de la Sécurité Sociale, Sheila Bappoo était l’architecte du D.Y Patil Medical College. Et d’ironiser : « Là, pena conflit d’intérêts! »
Répondant aux questions de la presse, il dit maintenir sa candidature aux élections générales et soutient que du côté du MSM, la charge formelle n’a en rien déstabilisé le Remake 2000.